L'information en continu des Médias Catholiques

Bethléem – L’Hôpital Caritas,un espoir pour Shihab et sa famille

Bookmark and Share

Cisjordanie, territoire en crise, un petit village à environ une heure de voiture de : c’est ici que vit, dans les conditions les plus misérables, la famille de Shihab, âgé tout juste de 14 mois. Son père, Fares (31 ans), doit faire survivre sa famille avec le salaire d’un travailleur journalier à Hébron. Il ne trouve malheureusement pas de travail à Jérusalem, où il serait nettement mieux rétribué.

C’est avec ce maigre revenu que son épouse, Ni’mat (30 ans), essaye de s’occuper au mieux de ses sept fils, âgés entre un et dix ans. La famille vit très à l’étroit. Les enfants et les parents dorment sur des matelas, à même le sol. Chaque jour représente une lutte pour survivre. Ce qui pour nous, en Europe, est impensable est ici une triste réalité. L’aîné des fils s’engage dans cette lutte quotidienne. Agé de 10 ans, il récolte des déchets de fer qu’il revend dans les alentours. Naturellement, cela ne rapporte qu’un tout petit montant à la famille, mais c’est toujours ça! Dans cette région appelée « Terre Sainte » chaque centime compte.

Un dur destin

Le plus jeune enfant de la famille, Shihab, doit faire face à un sort encore plus difficile encore, il est atteint de CP, Cerebralparese. Un disfonctionnement cérébral qui résulte d’une lésion du cerveau survenue avant, pendant ou juste après sa naissance. Cela signifie des troubles de mobilité qui se manifestent par des paralysies. Des crises d’épilepsie et des handicaps mentaux peuvent aussi apparaître. La maladie est incurable: un diagnostic lourd pour tous les membres de la famille. S’occuper d’un enfant handicapé, jour et nuit, dans un appartement minuscule et humide, demande beaucoup de force. L’eau potable est rare. La maison comprend deux chambres et une petite cuisine sans réfrigérateur, dans ce pays où, en été, les températures très élevées sont quotidiennes.

Assistance médicale illimitée

Pour Shihab et sa famille, la situation est d’autant plus dure que les institutions sociales et les cabinets pédiatriques de Cisjordanie sont incomparables avec ce que nous connaissons en Europe. Et pourtant, l’espoir existe avec l’ pédiatrique de Bethléem. On le décrit volontiers comme une oasis de paix qui offre refuge aux défavorisés de cette région en crise. Ici, tous les enfants reçoivent des soins médicaux, indépendamment de leur origine et de leur religion. Ces soins sont d’un niveau tel que nous le connaissons en Europe. Dans ce pays où les enfants vivent dans des conditions très difficiles, le droit à une assistance médicale rapide et de qualité est primordiale.

Au Baby Hospital, Shihab est soigné gratuitement. Depuis le mois de janvier, il a déjà dû être hospitalisé à neuf reprises. Il souffre d’une infection aiguë des voies urinaires, accompagnée de poussées de fièvre. Il est alimenté par une sonde nasale. Les médecins pensent qu’il souffre également de calculs rénaux. Sans l’aide du Baby Hospital, il n’aurait aucune chance de survie. Avec les parents de Shihab, les médecins et le personnel soignant mettent tout en œuvre pour traiter cette maladie et atténuer les douleurs.

Bethléem se situe directement à la frontière entre Israël et la Cisjordanie, sur le territoire autonome palestinien. Un haut mur, des tours de contrôle et des militaires armés marquent les images de cette petite ville de 30’000 habitants. Il ne reste que peu du mythe Bethléem ou du Noël idyllique. Pourtant, ou justement pour cela, l’histoire de Shihab est comme un petit conte de Noël. L’hôpital pédiatrique de Bethléem est financé par des dons et géré par Secours aux Enfants Bethléem. Les petits patients sont pris en charge par la Dr Hiyam Marzouqua, médecin-cheffe, douze médecins et 80 infirmières, indépendamment de leur origine ou de leur religion. « Nous sommes là », telle est la devise de l’hôpital pédiatrique, situé dans une région aux conditions politiques et géographiques difficiles.

Informations sur le site internet www.enfants-bethleem.ch

(apic/mvl/Paul Martin Padrutt, chargé d’information pour l’Hôpital Caritas de Bethléem)

 

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=11526

Posté par le 23 déc 2011. inséré dans CathoBel, CathoBel International, International, le fil info. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 38 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation