L'information en continu des Médias Catholiques

Poursuite des perquisitions dans les évêchés : pourquoi ?

Bookmark and Share

Après les perquisitions aux sièges des évêchés de Hasselt et Anvers et à l’Archevêché de Malines-Bruxelles, lundi, les enquêteurs sont descendus ce mardi aux évêchés de Bruges et de Gand. Des dossiers ont été emportés.

Les perquisitions qui ont lieu dans le cadre de l’opération Calice, sous la houlette du juge d’instruction bruxellois Wim De Troy, se sont donc poursuivies. A Bruges, les policiers fédéraux ont emporté, selon diverses sources, 11 dossiers d’ecclésiastiques et 13 dossiers à Gand. Les porte-parole des diocèses concernés ont affirmé que tout s’est passé dans le calme et avec respect. Les deux évêchés ont pleinement collaboré avec les enquêteurs.

La question reste toutefois de savoir pourquoi ces perquisitions ont lieu maintenant ? La Commission parlementaire a abouti à la création de tribunaux arbitraux chargés d’indemniser les victimes d’abus sexuels dont les faits sont prescrits et a remercié les autorités de l’Eglise pour leur collaboration.

Par ailleurs, le « hasard du calendrier » peut paraître troublant, puisque la Conférence épiscopale et les supérieurs religieux de Belgique ont publié la semaine dernière l’ouvrage « », consacré à ce douloureux problème. L’Eglise  a reconnu avoir été, dans le passé, « laxiste ». Peut-être est-ce cela qui a motivé la démarche du juge De Troy ? Par ailleurs, lors des travaux de la Commission « abus », les autorités ecclésiastiques ont cité des chiffres de cas avérés ou supposés d’abus sexuels, notamment traités par l’ex-Commission Adriaenssens. Il se peut aussi que ce soit la vérification de ces éléments que l’enquête vise.

Si c’est cela, il n’est pas impossible que d’autres perquisitions aient lieu dans les évêchés francophones, dans les prochains jours. Si ce n’est pas le cas, la question taraude.

Interrogé à cet égard, le responsable de presse et communication de la Conférence épiscopale, le Père Tommy Scholtès a répondu : « Il est évident que la justice a le droit de perquisitionner pour autant que les formes légales soient respectées ».

Précisons que les responsables de l’Eglise de Belgique invitent les victimes à déposer plainte si les faits ne sont pas prescrits et à s’adresser aux tribunaux d’arbitrage, si la justice ne peut plus traiter les dossiers en raison de la prescription.
JJD

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=12272

Posté par le 17 jan 2012. inséré dans A la Une, le fil info. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 45 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation