L'information en continu des Médias Catholiques

La 6e plus lourde empreinte écologique au monde

Bookmark and Share

Selon le nouveau rapport « Planète vivante » de l’organisation internationale pour la conservation de la planète , la Belgique présente la 6e plus lourde au monde. Elle se place ainsi juste après le Qatar, le Koweit, les Émirats arabes unis, le Danemark et les États-Unis.

Dans le rapport de 2010, notre pays se plaçait en 4e position, mais d’après Koen Stuyck, porte-parole de WWF, « la Belgique ne s’est pas pour autant améliorée« . « C’est juste la méthodologie qui a changé. On a, par exemple, découvert que les océans absorbaient plus de CO2 que pensé et que besoin en forêt était du coup plus relatif. Cela a donc des conséquences sur les chiffres belges. »

Concrètement, l’empreinte écologique belge est de 7,1 ha par habitant, alors que l’empreinte moyenne d’un Européen est de 4,7 ha et que la biocapacité moyenne mondiale est de 1,8 ha. Ce qui veut dire que si tout le monde vivait comme nous, il faudrait 4,5 Terres pour répondre aux besoins de tous les habitants de la planète.

Si notre empreinte écologique est aussi élevée, c’est parce que la consommation d’ tant dans nos bâtiments et maisons que dans le secteur des transports est supérieure à celle de nos voisins. « La Belgique a également une industrie fort consommatrice d’énergie, entre autres la métallurgie et la chimie« , explique Koen Stuyck. « Enfin, notre pays possède une surface bâtie sept fois plus dense que la moyenne mondiale. »

Notre planète est très malade

Publié tous les deux ans, ce rapport est comme un check-up de la planète, et les résultats montrent que celle-ci est très malade. L’indice Planète vivante (IPV), qui suit plus de 9.000 populations de plus de 2.600 espèces, indique en effet « un déclin de 30% depuis 1970, les écosystèmes tropicaux étant les plus touchés avec une baisse de 60% en moins de quarante ans« , explique WWF, à quelques semaines du sommet de Rio.

Le rapport indique également que 13 millions d’hectares de forêts ont disparu entre 2000 et 2010 et que l’empreinte écologique des pays riches est 5 fois supérieure à celle des pays pauvres. Selon Jim Leape, directeur général de WWF International, le monde « vit comme si nous avions une planète supplémentaire à disposition. Nous utilisons 50% de plus de ressources que la Terre ne peut en produire de manière durable, et si rien ne change d’ici l’an 2030, même deux planètes supplémentaires n’y suffiront pas. »

« La demande que nous exerçons sur les ressources naturelles n’est pas soutenable. Si nous nions ce fait, nous nous exposons à des conséquences graves pour l’humanité« , alertent les auteurs du rapport.

P. A.

 

À savoir

L’empreinte écologique est un outil inventé au début des années 1990 par Mathis Wackernagel et William Rees, spécialistes en planification, et qui sert à mesurer la pression exercée par l’homme sur la nature, sachant que chaque personne a un impact sur l’ par sa façon de vivre. Il permet de contrôler si l’économie humaine, qui puise dans les ressources naturelles, respecte ou non la capacité de régénération de la planète.

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=15514

Posté par le 15 mai 2012. inséré dans A la Une, CathoBel, CathoBel Belgique, le fil info. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

Répondre

Pâques en vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Vidéo à la Une

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 16 en ligne

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation