L'information en continu des Médias Catholiques

Qui craindre: le musulman ou le chrétien?

Bookmark and Share

Dimanche 3 juin au collège Saint-Benoît, le P. Luc Moës, moine bénédictin de l’abbaye de Maredsous, ouvrira la 5ème journée interreligieuse. Le P. Moës est un passionné du dialogue , par ses initiatives de rencontres entre les communautés chrétienne et musulmane, il tisse entre elles des liens profonds et durables. A l’occasion de cette 5ème   édition, il recevra ainsi deux personnalités de référence pour le monde et , tous deux professeurs à l’Université catholique de Louvain (UCL). Le Pr Farid El Asri entamera l’échange dès la fin de la matinée, avant l’intervention de l’abbé JP Delville : « Qui craindre davantage, le ou le Musulman ? ».

Pourquoi une 5ème journée interreligieuse à Maredsous?

Selon le P. Luc Moës organisateur de la journée, il faut remonter à la Règle de saint Benoît pour tenter une l’explication :  » C’est la Règle de Saint-Benoît qui inspire aux moines l’heureuse initiative d’inviter à une Journée Interreligieuse annuelle. Ne dit-elle pas, entre autres, qu’il faut « honorer tous les hommes » (4, 8), qu’il ne faut « haïr personne » (4, 65), … Sans oublier le souci de Saint Benoît, en son temps, d’accueillir même dans son monastère des candidats qui venaient de bien loin, qui n’avaient rien de latin … Des communautés monastiques harmonisées ont, par leur rayonnement, fait l’Europe d’aujourd’hui. Le Pape Paul VI a d’ailleurs proclamé S. Benoît, Patron de l’Europe. Ne vit-on pas présentement la fin d’un monde pour l’avènement d’une société universelle bigarrée, métissée d’autant de possibles et de promesses ? « 

Le thème choisi cette année : « Qui craindre davantage, le Musulman ou le Chrétien ? » mettra en avant la diversité comme chance plutôt que comme une provocation, en effet poursuit le P. Moës, « l’homme gagne à inventorier préalablement, à juguler ses inquiétudes face à une existence de plus en plus anxiogène … devant les questions de différences raciales ou religieuses, qui deviennent des facteurs d’exclusion, il vaut la peine d’aborder la diversité dans une perspective positive. « 

Les invités de la journée,  Farid El Asri et Jean-Pierre Delville, tous deux professeurs de l’UCL  interviendront dans un contexte culturel, spirituel reconnu. En marge de leurs interventions, les participants auront l’occasion de débattre et d’échanger avec eux sur des propositions, des voies d’apaisement pour la vie commune en société. « Sans doute, est-ce dans une reconnaissance émerveillée d’une humanité contrastée à tant de titres que les questions trouveront leurs réponses, pour rendre à la société des agents mus par une amicale solidarité, le respect et une mutuelle bienveillance« , espère le P. Moës.

Programme
Dès 9h30, accueil au Collège Saint-Benoît de Maredsous, à 10 heures, ouverture de la 5ème journée par le P. Luc Moës
11h30 : Conférence du Pr Farid El Asri (LLN) belge musulman, né à Laeken en 1972, ce Doctorant en anthropologie à l’Université catholique de Louvain est responsable d’une nouvelle formation en sciences religieuses consacrée à l’Islam, il est un spécialiste des questions relatives à l’Islam, membre du Cismoc (Centre interdisciplinaire d’études de l’Islam dans le monde contemporain).
14h30 : Conférence de l’Abbé J.-P. Delville, professeur d’Histoire du christianisme à l’époque moderne et contemporaine.

Inscriptions : flm@maredsous.com, 082-698.260 (avec messagerie) ; rendez-vous, au Collège Saint-Benoît, le dimanche 3 juin 2012, dès 9h30. PAF : 15 euros. Restauration libre sur place.

BL

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=15868

Posté par le 30 mai 2012. inséré dans CathoBel, CathoBel Belgique, Événements, le fil info, Namur, Régions. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

5 Commentaires pour “Qui craindre: le musulman ou le chrétien?”

  1. Dayez Pauline

    Est-il écrit noir sur blanc dans le Coran que la viande de porc est bannie de la consommation humaine ou s’agit-il d’une interprétation culturelle, d’une certaine époque qui s’est répandue et cristallisée depuis lors ?

    • Dayez Pauline

      Je ne doute pas que ma question soit commune, en attendant : quelle est votre réponse ??

      • Cette question, pertinente, n’ aura pas de réponse car il est considéré qu’ il est permis de maintenir la population dans l’ ignorance, afin de ne pas perturber la communauté musulmane. Cela se retrouve dans les enquêtes suite aux différentes attaques récentes: Liège – France ….
        Quand nous serons mangés, il sera trop tard.

  2. burubu

    la grande différence entre le christianisme et l’islam est leur terrain d’inspiration:
    le christianisme est une histoire vécue par des hommes inspirés par un dieu avant tout , et l’islam n’est qu’un livre écrit par un homme en vue de diriger une histoire à diriger avec le temps , l inspiration’humaine prime sur le divin, en conséquence le formalisme est l’élément dominant et la relation à un dieu est secondaire.

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 38 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation