L'information en continu des Médias Catholiques

Urgence d’une politique nataliste en Corée du Sud

Bookmark and Share

Selon un rapport de l’Institut coréen de la santé et des affaires sociales, paru le 11 juillet, la dénatalité qui touche la Corée du Sud est en passe de devenir irréversible. A l’occasion de la Journée mondiale de la population, célébrée pour la première fois en Corée du Sud, l’Institut coréen de la santé et des affaires sociales (KIHASA) a publié un rapport accablant sur l’avenir démographique du pays.

« Nous devons relever notre taux de fécondité à 1,8 enfants par femme durant la prochaine décennie, sinon nous disparaîtrons », a averti sans détour l’organisme dépendant du ministère de la Santé dans une déclaration reprise par l’agence Eglises d’Asie. La Corée du Sud compte aujourd’hui près de 49 millions d’habitants.

Actuellement, le taux de fécondité des Sud-Coréennes – l’un des plus bas du monde – se situe à 1,22 enfant par femme en âge de procréer et ne montre aucun signe de reprise. Néanmoins, après vingt ans d’une politique résolument antinataliste, le gouvernement semble de plus en plus conscient des conséquences dramatiques du vieillissement de la population, et surtout du non-renouvellement des générations (celui-ci ne pouvant s’effectuer qu’à partir d’un taux de fécondité de 2,1). Une grande campagne d’affichage interpellait récemment les Sud-Coréens en leur disant: « En avortant, vous avortez du futur ».

Depuis plus de vingt ans, l’Eglise catholique – et avec elle, d’autres instances religieuses sud-coréennes – lutte contre la poursuite des politiques antinatalistes lancées sous le régime militaire (1961-1987), qui voyait dans un taux élevé de croissance démographique une menace pour le développement économique. Ce fut durant cette période que fut votée en 1973 la « loi sur la santé de la mère et de l’enfant », dont l’Eglise catholique réclame avec constance l’amendement, en particulier son article 14 qui légalise de facto l’.

Aujourd’hui, l’avortement est largement pratiqué en Corée du Sud où les chiffres officiels évoquent 340.000 interruptions volontaires de grossesses par an. L’Eglise catholique en a recensé quant à elle 1,5 million. La plus grande part des avortements échappe en effet aux statistiques officielles, l’acte n’étant ni remboursé ni comptabilisé dans les actes médicalisés.

Pour tenter d’inverser la tendance, l’Eglise catholique a lancé ces dernières années de nombreux programmes en faveur des familles et de la « culture de vie », pilotant entre autres des programmes d’aide aux futures mères en difficulté, mettant à leur disposition des maisons d’accueil ainsi qu’un encadrement social, psychologique et médical.

Les experts du KIHASA ont maintenant pressé le gouvernement de s’impliquer plus concrètement dans le redressement du taux de du pays. Les conclusions du rapport enjoignent les autorités d’augmenter les dépenses de l’Etat pour la politique familiale (actuellement inférieures à 1 % du PIB) et de mettre en place des dispositifs permettant d’aider financièrement ceux qui « décident de fonder une famille ».

Selon l’Institut, le problème le plus difficile auquel devra s’atteler l’Etat est le changement des mentalités, après des décennies d’incitation à la diminution des naissances. « Beaucoup trop de Sud-Coréens cherchent à éviter de se marier et d’avoir des enfants », constate ainsi l’organisme qui souligne que le gouvernement doit prendre ses responsabilités en incitant la population à ne pas avoir peur des conséquences financières de la venue d’un enfant, un obstacle essentiel dans l’esprit des Sud-Coréens, selon l’étude.

En Corée du Sud, où le niveau de protection sociale est le moins élevé des pays de l’OCDE, des études ont démontré que les conséquences financières et professionnelles à la venue d’un enfant étaient considérées comme les freins les plus importants à la reprise de la natalité. Selon un sondage du ministère de l’Egalité des sexes et de la Famille de 2008, portant sur les femmes mariées, il a été constaté que plus de la moitié d’entre elles avaient dû quitter leur travail en raison de leur mariage, de leur grossesse ou de la naissance d’un enfant.

En Corée du Sud, l’investissement dans l’éducation est très élevé afin d’assurer le meilleur avenir possible pour ses enfants et ces dépenses atteignent parfois près de 10% du budget des ménages sud-coréens. Dans une société accordant à la réussite professionnelle et financière un rôle si central que la perspective du chômage pousse bon nombre de personnes au suicide chaque année, les difficultés pour les femmes à retrouver du travail après une grossesse, comme la perspective de ne pas pouvoir assurer l’avenir matériel de leur enfants, sont des éléments que le gouvernement doit prendre en compte dans sa politique en faveur de la natalité, conclut le rapport.

Le KIHASA révèle également que la Corée du Sud est désormais reléguée à la 32ème place sur les 34 pays de l’OCDE, pour ce qui est de son « indice de bonheur », fondé sur des critères comme la qualité de vie, le taux d’emploi ou le réseau social.

apic/eda

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=17205

Posté par le 13 juil 2012. inséré dans CathoBel, CathoBel International, le fil info, Société. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 29 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation