L'information en continu des Médias Catholiques

Traité sur le commerce des armes : échec des négociations

Bookmark and Share

Ce qu’on redoutait est arrivé : les négociations sur la mise en place du premier traité sur le commerce des armes conventionnelles se sont soldées par un échec vendredi à New York après des semaines de négociations. Seule lueur d’espoir : elles devraient reprendre ultérieurement.

Tout n’est peut-être pas perdu, mais en tous cas, cela semble mal parti. Les 193 Etats membres des devaient se mettre d’accord vendredi avant minuit sur les règles du  premier traité international sur le commerce des armes. Celles-ci devaient obliger chaque pays à évaluer si les armes vendues risquent d’être utilisées pour commettre des « violations graves des droits de l’homme » ou des attentats, ou d’être détournées par le crime organisé.

Mais, selon plusieurs participants à la conférence, les Etats-Unis et la Russie ont demandé davantage de temps pour se prononcer, imités par plusieurs autres pays comme la Chine, l’Inde, l’Indonésie et l’Egypte notamment.

Reprise des négociations en 2013 ?

« Le texte que j’avais proposé était un projet de traité, certains pays ne l’aimaient pas mais l’immense majorité était d’accord« , a regretté le président de la conférence, l’Argentin Roberto Garcia Moritan. « Nous allons continuer de travailler sur cette base« . Interrogé sur la suite des événements, M. Moritan a indiqué qu’une des possibilités était « de demander à l’Assemblée générale (de l’ONU) de prendre une décision« , c’est-à-dire de décider s’il doit y avoir de nouvelles négociations et quand.

La prochaine session de l’Assemblée se tient fin septembre à New York. Selon un diplomate, le rapport que M. Moritan va transmettre à l’Assemblée générale propose de reprendre les négociations pendant deux semaines début 2013.

Nonante pays, dont tous ceux de l’Union européenne et des Etats d’Amérique latine, des Caraïbes et d’Afrique, ont signé un texte se déclarant « déçus mais pas découragés » par cet échec et « déterminés à obtenir bientôt un traité sur le commerce des armes« . Des diplomates avaient auparavant rendu les Etats-Unis responsables de l’échec des pourparlers. Les Etats-Unis représentent près de 40% du commerce mondial des armements qui est évalué à 70 milliards de dollars annuels. Il faut dire aussi que le président Obama étant en campagne pour sa réélection ne tenait sans doute pas à s’aliéner à la fois le lobby des armes aux USA, ni une partie de l’électorat qui estime normal de pouvoir posséder un arme. On l’a constaté par la tiédeur des propos tenus après la tuerie d’Aurora.

Un traité peut faire la différence estime le Vatican

Quelques heures avant la fin des négociations, l’Observateur permanent du aux Nations-Unies est intervenu à la tribune. « Les armes ne peuvent pas être simplement comparées aux autres biens commerciaux échangés sur les marchés nationaux et internationaux » a déclaré Mgr Francis Assisi Chullikatt rappelant que « le trafic illégal d’armes a un impact pernicieux sur le développement, la paix, les lois humanitaires et les droits humains ». Et d’ajouter : « Le Saint-Siège continue donc de croire qu’un Traité sur le commerce des armes peut faire une différence importante pour des millions de personnes faisant face à l’insécurité, la privation et la peur liées à un trafic sans règle et irresponsable d’armes et de munitions ainsi que l’acquisition illégale de celles-ci par des criminels ou des acteurs non étatiques qui n’y ont pas droit.»

Pour le diplomate du Saint-Siège, les armes nécessitent une « réglementation particulière » impliquant un engagement de la part de tous les membres de la communauté internationale, des États et des ONG. Et parmi les mesures évoquées par Monseigneur Francis Assisi Chullikatt, figurent une plus grande collaboration entre les États, un réel contrôle des armes de petits calibres, une plus grande transparence du commerce légal des armes. Enfin, l’observateur permanent du Saint-Siège a tenu à attirer l’attention de ses auditeurs sur le sort des victimes de ces armes. Les Etats doivent leur porter assistance, leur garantir des soins, sans oublier leur réintégration sociale et économique, souligne en substance le prélat.

Afp/Zenit

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=17594

Posté par le 28 juil 2012. inséré dans Actualité, CathoBel International, le fil info. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 39 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation