L'information en continu des Médias Catholiques

Libération conditionnelle de Michèle Martin : le courage évangélique des Clarisses

Bookmark and Share

Ce mardi, le tribunal d’application des peines de Mons a décidé de libérer sous conditions Michèle Martin, l’ex-épouse de Marc . Elle est accueillie par les Sœurs de . Dans un communiqué, celles-ci ont confirmé cette information, en précisant que la prise de décision avait été, pour la communauté, un défi et avait donné lieu à une intense réflexion. Le « oui »  courageux des Clarisses est avant tout un geste porteur des valeurs de l’Evangile.

Nul n’est besoin de rappeler le drame qui a plongé dans la douleur des familles et consterné la Belgique, à savoir les enlèvements et la mort de Julie et Mélissa et d’Ann et Eefje. Sans oublier les souffrances de Letitia Delhez et Sabine Dardernne. Ce qu’on a appelé « l’affaire Dutroux ». Après quatre demandes infructueuses, Michèle Martin, qui avait été condamnée en 2004 à 30 ans de prison dans ce terrible dossier, a finalement obtenu sa libération conditionnelle. Incarcérée depuis 1996, elle a passé 16 ans derrière les barreaux.

Une décision difficile et longuement mûrie

Les Sœurs Clarisses de Malonne accueilleront donc l’ex-épouse de Marc Dutroux. Dans leur communiqué, signé par Sœur Christine, abbesse, les soeurs précisent d’emblée que si, jusqu’ici, la communauté avait refusé de communiquer sur cette question, c’était en raison « de la demande des avocats de Madame Martin de ne pas révéler les éléments de son plan de reclassement avant la décision du tribunal, par respect pour le travail de la Justice ».

Précisant que l’exercice de répondre à des journalistes ne leur est pas familière, les Clarisses rappellent que leur participation à la société belge se veut de simplicité et de discrétion : « Nous cherchons à être au cœur de cette société, une présence de paix, de concorde et d’espérance – comme la plupart de nos concitoyens d’ailleurs ! ».

Et de poursuivre : « Notre chemin communautaire a croisé celui de Madame Martin à travers la demande de ses avocats… Ce fut un défi pour nous, bouleversées que nous étions par l’horrible souffrance des victimes et de leurs familles qui ont traversé l’enfer que vous savez. Nous avons cherché à vivre au mieux cette tension : comment porter ces deux réalités à la fois ? Ce ne fut pas facile… Notre cœur de femmes en a été bien souvent troublé… Nous avons choisi d’accueillir en nous ces deux souffrances qui ne sont en rien comparables l’une avec l’autre ».

L’abbesse des Clarisses fait aussi part de ce que la communauté avait l’espoir que les instances prévues pour accueillir des personnes en liberté conditionnelle puissent procurer un lieu d’accueil à Michèle Martin. « Mais il n’a pas été possible de trouver ce lieu. Il faut savoir que Madame Martin n’a pas de famille et qu’elle n’a pas trouvé en Belgique de lieu de réinsertion prévu pour des femmes. La suite des évènements a montré qu’il n’y avait pas non plus de possibilité d’accueil pour elle dans les pays voisins », précise Sœur Christine.

Face à cette impasse, les Clarisses ont longuement débattu en communauté, en toute franchise. « La recherche ne fut pas simple et nous avons longtemps mûri notre décision. Au terme de tout ce cheminement nous sommes arrivées à la conviction qu’il fallait dire oui à cette demande, mais un oui assorti de deux conditions », poursuit le communiqué.

Confiance dans la justice

La première condition est que la justice en cours soit intégralement respectée et la deuxième est que l’enquête faite à la prison où est détenue Madame Martin révèle qu’elle a évolué et est capable d’envisager une réinsertion sans risque de récidive. Et les Clarisses de préciser que sur ce point, elles font totalement confiance aux enquêtes judiciaires menées par des professionnels, avec toute la compétence et la distance affective nécessaires à une attitude impartiale.

Une fois la décision prise, la communauté s’est aussi interrogée sur la répercussion possible de son choix dans l’opinion publique et plus encore sur les parents des victimes. « Mais nous avons pensé que personne n’y gagnerait dans notre société si on laissait la violence répondre à la violence et faire ainsi boule de neige. Nous avons la profonde conviction qu’enfermer définitivement le déviant dans son passé délictueux et l’acculer à la désespérance ne serait utile à personne et serait au contraire une marche en arrière pour notre société. Nous sommes aussi convaincues que le respect de la justice de notre pays est un bon garde-fou pour éviter cette dérive ».

Et de conclure : « Madame Martin est un être humain capable, comme nous tous, du pire et du meilleur. La justice s’est prononcée et estime qu’elle peut envisager une progressive réinsertion. Nous croyons donc que tabler sur le meilleur d’elle-même n’est pas de l’inconscience de notre part. (…) Il s’agit d’un pas qui, aujourd’hui, ne veut pas présumer de l’avenir… ».

Les Sœurs de Malonne demandent aussi que leur vie privée soit respectée, ce qui est bien la moindre des choses face à ce courage évangélique dont elles ont fait preuve.

Jean-Jacques Durré et la Rédaction des Médias Catholiques

Lire le communiqué de presse des Soeurs Clarisses de Malonne

Communiqué du Service de presse et de communication de la conférence épiscopale

 

Nous venons d’apprendre par la presse la décision de la libération conditionnelle de Michèle Martin.

Sollicité par les journalistes j’aimerais dire que l’Eglise respecte la décision qu’a prise le Tribunal d’application des peines à l’égard de Michèle Martin. Il n’appartient à l’Eglise de commenter une décision de justice dont nous respectons l’autonomie.

Nous sommes bien conscients, comme l’ont exprimé les sœurs Clarisses de Malonne, de l’immense souffrance des victimes et de leurs familles en raison des crimes commis.

Après une longue réflexion, les sœurs Clarisses ont accepté la demande des avocats de Michèle Martin  de l’accueillir, parce qu’il n’avait pas été possible de l’accueillir en un autre lieu. Les sœurs ont pesé gravement des conditions à cet accueil.

Les sœurs Clarisses respectent donc la légalité dans l’accueil qu’elles acceptent.

Nous assurons de nos prières  les victimes, les familles, et les sœurs  Clarisses.

Tommy Scholtes sj 
Responsable du Service de presse et de communication de la conférence épiscopale

Qui sont les Clarisses ?

Sœurs pauvres, c’est en ces termes que Claire d’Assise se désignait, elle et ses sœurs. Pauvres, les Clarisses le sont assurément; elles qui ont choisi la vie contemplative franciscaine où pauvreté et fraternité sont intimement liées. L’héritage de Claire d’Assise continue à se perpétrer dans tous les monastères de clarisses du monde entier.

Claire est fille de la noblesse italienne. De sa mère, elle apprend à connaître Dieu et à être attentive aux pauvres de la rue. Le Moyen Âge, l’époque dans laquelle vit Claire, n’est pas facile pour une femme, même pour une femme noble. C’est une époque rude, où rivalités et conflits d’intérêt rythment le quotidien. Claire, elle, est délicate, sensible, tournée toute entière vers les autres. C’est dans cet état d’esprit qu’elle se rapproche de Dieu et se sent complice de celui qui prêche à Assise, François.

Brûlants au-dedans, Claire et François le sont tous les deux; brûlants du désir de vivre comme le Christ, pauvre et aimant. Dès lors, une vie simple et fraternelle va sceller l’avenir de Claire. D’autres femmes sont séduites par cette forme de vie et viennent rejoindre l’abbesse de la première communauté des Clarisses.

Plus de 800 ans plus tard, on compte 17.000 Clarisses dans le monde, réparties dans 700 monastères. En Wallonie, seul le monastère de Malonne fondé en 1903, près de Namur, accueille encore onze Clarisses.

Celle qui disait « Le lieu de la rencontre avec Dieu, c’est le quotidien » invitera tous ceux et celles qui veulent cheminer avec le Christ à goûter à la saveur d’une vie ordinaire.

Sylviane Bigaré

Print Friendly

Lire aussi :

URL courte: http://info.catho.be/?p=17638

Posté par le 31 juil 2012. inséré dans A la Une, CathoBel, CathoBel Belgique, le fil info. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

41 Commentaires pour “Libération conditionnelle de Michèle Martin : le courage évangélique des Clarisses”

  1. Anne-Elisabeth

    Merci et bravo à Jean-Jacques Durré et au père Tommy Scholtes pour leurs commentaires pleins de délicatesse et de respect. Je m’associe de grand coeur aux prières pour toutes les parties en présence.

    • Jacques Delen

      Bravo pour ce merveileux article ! SVP transmettez-le largement. Tant de personnes, pour le moment, se mobilisent pour la VENGEANCE SANS MERCI !

  2. Olivier Lardinois

    Comment ces religieuses peuvent accepter ce monstre dans leur couvent dans un village où il y a beaucoup d’écoles et d’infrastructures. Je déplore également leur fausseté car il y a quelques jours la supérieure démentez l’information. J’ai honte d’être catholique quand je vois ça.

    • Jacques Delen

      Vous dites être catholique ? Alors relisez attentivement les Evangiles. Et soyez plus dans la ligne des rédacteurs du document proposé. Quittez la haine qui vous habite ! Et soyez un semeur de paix.

    • Enzo Bordonaro

      Au contraire, je suis très fier de ces femmes qui ont, comme d’autres l’ont fait depuis des siècles, acceptent dans leur communauté parmi les pires criminel(le)s. Depuis les origines de la vie religieuse masculine et féminine, des moines et des moniales ont accueilli les pires meurtriers, voleurs, croisés de tous genres, et ils (elles) les ont conduit lentement vers Dieu.
      Au contraire, le coeur plein de rancune, de vengeance et de haine (qui ne sont pas des valeurs chrétiennes), les familles des victimes venaient, parfois avec violence, réclamer le criminel. Certains moines et certaines moniales l’ont payé de leur vie, dans des incendies ou des attaques directement portées contre eux.
      Bravo aux Clarisses, de prendre cela sur elle.
      Maintenant, je vis dans la foi que Dieu agira par ces moniales pour rendre toute son humanité à Michelle Martin.
      C’est cela être Catholique.

    • BURUBU

      olivier lardinois semble ignorer que les avocats de madame Martin ont demandé aux religieuses de ne faire aucune déclaration tant que la justice ne s’était prononcé officiellement sur la libération conditionnelle .Parler de mensonges est un manque flagrant d’objectivité.

  3. Jacques DELCOURT

    Jean-Denis LEJEUNE a été particulièrement odieux ce midi avec les soeurs clarisses (je les connais. Elles sont si bonnes, si douces, si… évangéliques). C’est une honte. On peut comprendre sa colère voire sa rage. Je lui laisse cela mais je ne suis pas d’accord qu’il critique sans connaître.

    Et puis, il y a encore 15 jours avant que MM n’arrive ! Il y a encore de l’eau qui va passer sous les ponts.

    C’est triste de voir tous les commentaires dans les forums (et même ici) contre les catholiques. J’en suis marri.

    • Jacques Delen

      Anne-Elisabeth, Jacques, merci pour vos commentaires. Il est TEMPS que des voix « positives » s’expriment sur le sujet. Car, pour le moment, il n’y a que ceux qui hurlent avec les loups qui se font entendre. De plus, RTL à 13h a interviewé tous ceux concernés (parties civiles). On peut à la limite comprendre leurs réactions : mais est-ce rôle des médias que de vouloir faire de « ‘l’audiance » à tout prix ? Oui, Jacques, Jean-Denis devient odieux. Il faut savoir qu’il est « poussé » par Stéphane Pauwels, ce qui n’arrange rien ! Semons ensemble la paix … et surtout que nos « soeurs clarisses » puissent dignement accueillir Michèle Martin et n’en soient pas empêchées par la vindicte populaire.

    • bern C

      ce qui est triste et déplorable c’est que vous êtes dans l’analyse intellectuelle engluée dans un vieux pardon judéo-chrétien inepte et que vous n’avez aucune idée du plaisir vicieux de cruauté froide qu’ont pris ces criminels en assouvissant enfin leurs fantasme en crachant sur la dignité humaine la plus pure en la personne d’enfants. vous ne ressentez aucune compassion et votre angélisme dépasse l’entendement. la disparition de la punition d’un tel péché en réduit la gravité aux yeux d’un peuple qui a perdu ses repères.

      • Susan Bostem

        Pour moi, c’est Mr Dutroux le pervers. Il a manipulé sa femme. Pour lui, elle n’était rien qu’un outil. Il y a encore bcp de femmes sous l’emprise d’un homme, et qui n’ont droit qu’à obeir aux ordres. Cela existe dans l’autre sens également. C’est vraiment comme dans une secte…Emprise, soumission, humiliation…Qu’est devenue la morale de Mme Martin depuis son emprisonnement? Laissons aux personnes qui l’ont suivie depuis 15 ans en témoigner!

      • Et oui ..Jésus nous a dit  » Vous serrez dans le monde ,mais pas de ce monde » .Merci Seigneur

  4. MK

    Une fois de plus « mensonges » pieux de l’Eglise, on est habitué. Pourquoi ces sœurs ont-elles formellement démenti ? Ont-elles honte? Il n’y a pas de mensonges pieux et plus personne ne fait confiance à cette institution.

  5. Dieu est tout à la fois juste et miséricordieux. L’un ne va pas sans l’autre. Tout chrétien se doit de tenir ce juste et difficile équilibre. Madame Martin a commis des actes d’une extrême gravité et a purgé une longue peine de prison pour ceux-ci. En prison, elle a effectué tout un chemin de guérison spirituelle et psychologique, commençant par l’indispensable reconnaissance et regret de ses fautes. Aujourd’hui, Madame Martin n’est plus ce qu’elle était il y a vingt ans et nous devons rendre grâce au Seigneur pour la conversion et la guérison qu’Il a opérés en elle. Le Salut est offert à tous par le Christ mort pour nos péchés, et Madame Martin a accueilli cette infinie miséricorde divine. Alors, rendons grâce au Seigneur pour le chemin qu’elle a parcouru et prions pour celui qui lui reste encore à parcourir. Laissons les religieuses clarisses poursuivre leur travail et leur vie monastique en toute quiétude car elles ont eu le courage d’être de véritables témoins de l’Évangile et du Pardon. Que tout puisse se passer dans la paix, loin de tout esprit de vengeance ou de représailles. Et continuons à demander au Seigneur qu’Il apporte le réconfort et la consolation à toutes les victimes et leur famille.

  6. Ephrem

    L’opinion publique que la révélation du crime a justement bouleversée et soulevée en 1996 n’a pas trouvé l’apaisement dans la juste punition des coupables. Faute d’être capable de pardon, elle est condamnée à ne jamais l’avoir. Que des religieuses cloitrées, avec leur âge, leur humilité, leur pauvreté, fassent entendre tout à coup, dans le monde devenu implacable, la voix du Christ miséricordieux, nous rend l’Espérance et la Paix . Pardonner, être bon avec le pécheur en disant l’horreur du péché, le christianisme est là pour redire qu’il n’y a pas d’autre voix civilisatrice…

  7. Norbert Katanga

    Humainement parlant, cela est dur à accepter mais les commentaires qui accompagnent la déclaration des Clarisses m’éclairent (…comme nous tous, capable du pire et du meilleur….nous avons choisi de tabler sur le meilleur…). En tant que chrétien, ces paroles me remettent humblement à la place qui est véritablement la miennne, c.à.d. au pied de la Croix et je fais ainsi mien le point de vue de Jacques Delen!

  8. Jacques DELCOURT

    J’étais en prison et vous êtes venus me visiter !

  9. Coget Marcel

    Le courage de la Communauté des Clarisses de Malonne d’accueillir Madame Michèle Martin, après de longues et sans doute difficiles délibérations, me donne de l’espérance. L’Evangile n’est pas mort dans nos communautés chrétiennes. Elles témoignent courageusement que la non-violence fait plus pour la paix des coeurs et entre les personnes que le ressentiment et le désir de vengeance. Elles m’invitent à laisser parler à mon tour mon coeur plutôt que toutes les bonnes raisons que j’ai d’hésiter à entrer dans ce chemin. Merci à elles

  10. Chantal

    La population belge a été traumatisée par le calvaire affreux des victimes et de leurs proches. Heureusement, les coupables ont été punis et petit à petit, Madame Martin a pu cheminer et se reconstruire malgré l’horreur de la faute. N’est-ce pas là un chemin de conversion que l’on aimerait pour tout coupable d’une faute terrible! Je remercie les Soeurs Clarisses d’avoir accepté d’accompagner Michèle Martin dans cette conversion permanente. Que le Seigneur les aide dans ce témoignage de miséricorde et de pardon.

    Les commentaires de la majorité de la population belge sont contre cette libération : honte à la Justice et à l’Eglise, peut-on lire. Jean-Denis Lejeune est très dur vis-à-vis de cette libération. Il faudrait, je crois, écouter ces cris et se demander pourquoi ils sont encore si « violents ». Je crois que cette rage n’est pas calmée car il y a encore beaucoup trop de questions sans réponses, questions oh combien lancinantes, réponses oh combien attendues!….

    J’espère que Michèle Martin se décidera à parler via son avocat et dire ce qui s’est vraiment passé pendant ces mois atroces pour les victimes et leurs familles. Il y a encore beaucoup de zones d’ombre concernant Julie et Melissa : comment ont-elles été enlevées, ont-elles séjourné à différents endroits avant de se retrouver dans la cave maudite, quand n’ont-elles plus reçu à manger, etc……

    Tout le monde sait que l’incertitude est un enfer : les victimes ne peuvent donc se reconstruire, au contraire de Michèle Martin et cela peut être ressenti comme une injustice.

    Prions le Seigneur qu’il apporte le réconfort, l’apaisement, l’espérance pour chacun d’entre nous.

    • Jacques Delen

      Entièrement d’accord avec cette réponse. Il est vrai qu’il est sain de se poser la question du ‘pourquoi Michèle Martin ne parle-elle pas davantage pour satisfaire certaines attentes des parents des victimes et de la population !’.

      MAIS je me dis qu’elle doit avoir ses raisons. N’est-elle pas contrainte, quelque part, de ne RIEN DIRE DE PLUS ? Si c’est le cas, il y a du « gros poisson » qui l’en empêche. Hypothèse, mais je laisse ceci à ceux qui sont plus compétents que moi !

      Le procureur Bourlet aurait-il raison quand il a dit « … Si on me laisse faire ! »

    • Beatrice

      A mon avis, le fet qu’elle se décide a parler ou non sera le témoigniage de sa sincérité.Si elle a ete touchée par l »evangile, elle saura qu’il est nécéssaire de parler, de repondre au questions des parents des petites victimes.Le fet qu’elle n’ai pas encore accepter de le fair est à mon avis un signe qu’elle n’est pas la femme innofencive que l’on nous montre aujourdhui.Je n’ai pas de Haine envers elle,je sai pour le voir chaque jour autour de moi que les gens mauvais ne changent pas comme ca , le chemin est long et difficil et incertain.Je trouve indélicat de sa part d’avoir demandé la liberation.Si elle a changé elle doit alors comprendre l’effroi,la prison à vie dans la quelle elle a plongé les parents,elle doit comprendre que ses actes sont irrémédiables et que ses deux petites filles ne reveront jamais le jour,alors oui seulement elle devrait prier pour le salut des victimes avant du sienvous parlez d’un Dieux qui pardonne, mais accorder le pardon ne veut pas dire échaper au concéquances de ses actes. L’histoire de la bible nous le montre souvent, Dieu pardonne mais n’enleve pas la punition.Pourquoi alors devrions nous accepter sa liberation.Les soeurs disent qu’elles l’ont acceuillie parcequ’elle n’avait pas de famille,hors elle a un fils,qui a parler en sa faveur,quoi qu’il en oit le temps apportera réponse au fet de savoir si vous n’etes pas des pions manipulé par le mal,

  11. Maurice Danloy

    Il faut arrêter le blabla. Y a-t-il une (autre) meilleure solution? Reste la peine de mort.
    Je suis plein d’admiration pour les soeurs de Malonne. Là, on peut être fier du christianisme. Quel progrès en humanité!

  12. Renée Simon

    Il est si facile de se scandaliser : c’est de bon ton et cela vous situe d’emblée dans le camp des purs et des justes, des défenseurs de toutes les victimes.

    Loin de moi de trouver des justifications aux actes de violences et d’horreurs toujours, hélas d’une cruelle actualité ici et partout ailleurs.

    Mais je salue et me réjouis de l’accueil que les moniales de Malonne ose réserver à Madame Michelle Martin. En posant cet acte, elles manifestent qu’une porte d’espérance demeure toujours ouverte pour tout être humain. Cette femme, cela aurait peut-être pu être moi, en d’autres circonstances de vie, d’autres rencontres, marquée par certaines blessures. Merci de ne pas désespérer de moi en dégageant un chemin devant ses pas.

  13. Christiane Geurts

    La réaction des médias m’attriste une fois de plus. Notre société est-elle vraiment si violente, si haineuse, si incapable de réagir de façon nuancée? Le passé de l »affaire Dutroux » a été horrible, les souffrances des victimes ont bouleversé l’opinion publique, mais ce n’est pas le seul aspect de la question. Il y a aussi la souffrance des coupables, l’horreur de la prise de conscience des crimes commis, le chemin de repentir, de reconstruction, de réparation … Il y a surtout le fait que nous vivons dans un état de droit où les lois votées après mûres délibérations permettent de régler certaines situations particulièrement délicates, comme dans le cas présent … en empêchant notamment certains lynchages. Je me réjouis particulièrement d’entendre, au milieu du concert de voix haineuses et revanchardes, la voix évangélique de la petite communauté des Clarisses. Leur courage, leur conformité à leur vocation de paix, leur message de confiance dans les capacités de la nature humaine, sont un rayon de lumière dans toute cette noirceur que les médias semblent apprécier. Merci, chères soeurs !

    • Jacques Delen

      Monsieur bern C Ah, je vous entends bien : vous refusez qu’on pense autrement que vous. Sur pas mal de sites et surtout sur facebook, c’est rempli de ces gens qui vous « massacrent » si vous ne parlez pas de haine, de vengeance … Je me suis maintes fois insulté parce que je n’épousais pas la vindicte populaire. Je suis fier de vieux « pardon judéo-chrétien ». Je ne suis pas toujours fier de certaines décisions du « magistère ecclésial ». Mais sachons reconnaître quand on va dans la direction du pardon. Non, ce n’est pas là de l’angélisme.

    • Guy DEMAIN

      Le gros problème dans ce cas est que Mme Martin est libérée après avoir purgé la moitié de sa peine seulement. Il est totalement incompréhensible que l’Eglise cautionne un tel acte de mépris envers les victimes et leurs familles. Vaut-il mieux être coupable que victime????
      Remarquons aussi que c’est par une cour d’Assises, et non pas par « lynchage », que Mme Martin avait été condammnée à 30 ans de réclusion.

      • Jacques Delen

        Guy Demain, c’est bien ce que j’exprimais dans mon dernier message : il s’agit, pour les défenseurs de la vengeance, de penser comme eux et pas autrement, sans cela on se fait quasiment lyncher. Vous aimez le lynchage apparemment ! J’espère que ce n’est pas le cas. Vous trouvez « incompréhensible » que l’Eglise cautionne un tel acte de mépris … L’Eglise ne cautionne pas l’acte de M.M. qui l’a menée en prison. Mais l’Eglise tente de suivre les valeurs évangéliques : « Donner une seconde chance » ! A un moine, on demandait : « Mais que faites-vous, de vos journées, au monastère ? » Réponse : « On tombe, on se remet debout ; puis on retombe, et on se remet à nouveau debout … et ainsi de suite ».

        J’imagine que vous, vous ne tombez jamais !

        • Jacques Delen

          Un bel article (RTB Société)

          Une société en déficit de démocratie

          Dans un contexte ni homogène, ni reposé, Michelle Martin servirait, selon lui, à cause des actes horribles qu’elle a commis, de bouc-émissaire, ou d’une sorte de révélateur des problèmes de notre société. « C’est quelqu’un qui dans l’imaginaire cristallise un peu toutes les failles tous les clivages de la société belge. »

          A contrario, Claude Javeau prend l’exemple de la société norvégienne, qui, après la tuerie d’Utoya, perpétrée par un extrémiste de droite, Anders Breivik, n’a pas connu un tel déchainement de propos violents ou haineux. Vivant dans une société homogène et prospère,  » les Norvégiens n’ont pas comme les Belges un mépris du politique (…) Nous sommes dans une société en déficit de démocratie », estime-t-il. Ce qui expliquerait que certains citoyens puissent chercher une manière d’évacuer ce malaise collectif.

          « La plaie est encore grande ouverts parce que, d’’une façon générale, la Belgique ne s’est pas recollée. Et tout ce qui contribue à rouvrir les plaies prend de l’ampleur », conclue-t-il.

  14. Eric Vanhuysse

    Bonjour,

    la libération de personnes ayant commis de tels actes est toujours trop tôt…. Cela fait 16 ans que nous savons selon les lois belges qu’une telle libération est possible. Nos politiques durant ce temps se sont-elles bougées afin de changer les lois? Qui de nous est allé dans la rue depuis ces 16 ans afin de les y conduire ou les y contraindre!?!…… Le choix des Soeurs Clarisses de Malonne peut et je le comprends ne pas être compris… Néanmoins, je pense et je crois que ce choix relève de la foi et non de la raison. Si les communautés chrétiennes ne se positionnaient pas de la sorte, je crois que le message du Christ serait vain…… Pour mieux comprendre leur choix, j’invite chacun à regarder le film « Des hommes et des dieux » de Xavier Beauvois …et comme le dit le poète Eugène Guillevic dans un de ses écrits ….. »Essayer d’être fleur contre la menace »……

    Eric

    Jour après jour
    Essayer d’être fleur,

    D’être comme elles
    Pleines du toucher
    De l’immédiat,

    Porteur d’un vent de lumière
    Au milieu des autres passants.

    Etre fleur
    Contre la menace.

    (Guillevic)

  15. Suzanne Bostem

    Je suis heureuse de voir qu’il y a encore des gens humains qui ont de l’amour à donner et non de la haine. Avant d’arriver sur ce site, je désespérais à lire tant de propos haineux. je me disais « Dans quel monde sommes-nous ». Alors, merci pour tous vos commentaires compatissants et merci aux soeurs qui acceptent de recevoir Michelle Martin, en espérant que cela se fasse et que les gens les laissent en paix. Prions pour que tous ces gens retrouvent la paix en eux.

    • Jacques Delen

      Suzanne … et les autres ! Maintenant que la tension commence à « redescendre » on constate qu’il y a de plus en plus de personnes qui n’acceptent pas les propos haineux, la vengeance.
      Un début de preuve ? Combien de personnes à la manifestation organisée à Malonne aujourd’hui ! Peu ! Un signe ! De plus, Jean-Denis Lejeune veut organiser une »grande » (?) manifestation à Bruxelles pour le 18 août. Sur ce site l’annonçant, les gens peuvent mettre un commentaire. La plupart disent leur ras-le-bol de ces positions haineuses !
      Que les « parties civiles » soient entendues, c’est sain ! Mais qu’ils tentent de faire « elles-mêmes » la loi, c’est très dangereux. C’est du populisme.
      PAIX !

      • Jacques Delen

        Quand est-ce que J/M.L. et « les autres » vont-ils retrouver la PAIX ? Je leur souhaite, de tout coeur, qu’ils écoutent des personnes qui ont pu vivre des drames atroces … et qui ont pu sortir de la « haine » ! Malheureusement, trop de gens les stimulent à rester ancrés sur la vengeance … Je prie pour eux ! Je ne sais rien faire de plus !

  16. Thierry, Tilly

    2 questions:
    1° M.M. va-t-elle travailler sérieusement pour l’indemnisation des famille des victimes?
    2° A-t-elle la volonté de consacrer le restant de sa vie à la réparation du mal causé?

  17. Asinari Chantal

    Comme je l’ai déjà dit sur le site de la Libre Belgique, je suis en accord avec l’accueil des clarisses à Michelle Martin. Elles ne font qu’être fidèles à leur vocation : être des témoins, des « passeurs » de l’amour de Dieu pour tout être humain… sans pour cela être en accord avec ce que Michelle Martin a fait.

  18. Jacques Delen

    Aujourd’hui, fête de sainte Claire qui a fondé « les Clarisses » avec l’aide de saint François d’Assise. Je pense aux soeurs clarisses de Malonne et leur dis MERCI pour leur courage.

  19. Jacques Delen

    Au lieu de la sollicitation de J.D. Lejeune de manifester à Bruxelles le 19 août (cela sent la récupération politique) … que ce dernier organise une manif pour que cesse la « tuerie » de tous ces enfants innocents ! Ne portons-nous pas tous une part de responsabilité dans ces sortes de génocides ? Des milliers d’enfants meurent de faim, de soif, de tueries aveugles en Syrie et en d’autres endroits. Et quels CRIS lançons-nous ? NON, Mr Lejeune, vous ne faites que regarder « dans votre assiette » ! Et vous attisez la haine !

    La Justice peut être réformée ? Comme bien d’autres lois. Mais celle concernant les libérations « avant terme » ce n’est pas une PRIORITE !

    • Il me semble que vous êtes terriblement sévère envers Monsieur Lejeune et que cette attitude n’est pas vraiment digne d’un bon chrétien. N’est-ce pas porter un jugement téméraire envers lui que de le soupçonner de sentiments de haine ??
      Vous y allez un peu fort.
      J’avais écrit un long texte, mais il a disparu. J’essaierai de retrouver les mêmes mots demain. Je suis fatiguée … à plus de 80 ans et ayant été victime de la haine et de trois agressions dont une avec violence.
      Je vous conseille fortement de lire la réaction de Mme Béatrice Mast parue dans la Libre Belgique du vendredi 17 août 2012.
      Je pense que le Christ, dans sa Bonté Infinie, n’aurait pas eu les mêmes réactions vis-à-vis des victimes.
      La Charité sirupeuse n’était pas son fait, lui qui lisait au fond des âmes.
      A demain.

      • Voici le poème :

        Le prisonnier

        J’étais un prisonnier
        Personne ne m’aimait
        Je vivais solitaire
        En ma cage de fer
        Un jour j’ai recueilli
        Dans ce carré maudit
        Un tout petit oiseau.

        Un tout petit oiseau
        Aux petits yeux d’émaux
        Qui tremblait dans ma main
        De froid et de chagrin
        Alors je l’ai soigné
        Dorloté et aimé :
        Il s’est repris à vivre …
        Il s’est repris à vivre et moi, à espérer.

        Rolande Quivron (Equations)1981

        Et voilà …. Vannée mais heureuse. Bon courage à tous … L’arrière grand- maman

  20. WELKENHUYZEN Michel

    Face à cette « affaire », je ne sais que penser. Ou plutôt, différentes pensées me viennent à l’esprit.
    Tout d’abord, il est odieux que certains médias parlent de la « libération » de M. MARTIN, sans qualifier cette libération. Il s’agit d’une libération CONDITIONNELLE, décidée par un Tribunal d’APPLICATION des PEINES. Il me semble que c’est différent d’une libération.
    Une autre réflexion concerne l’évolution possible de l’intéressée. « Mon tailleur prend mes mesures, chaque fois que je me rends chez lui. Il y a d’autres personnes qui ont pris mes mesures une fois pour toutes ! N’y aurait-il que mon tailleur pour savoir que j’évolue ? »
    Enfin, même si je n’approuve pas le ton bien peu « humaniste » de Jean-Denis LEJEUNE, je voudrais souligner que l’on dit « elle a été condamnée en … », « elle a été emprisonnée depuis le … » et on cite des dates du passé. Jean-Denis LEJEUNE et les autres parents concernés ont vécu des événements atroces et dramatiques en …, mais c’est AUJOURD’HUI, c’est DEMAIN qu’ils ne voient pas, qu’ils ne verront pas leur enfant évoluer et cela EST atroce MAINTENANT.
    Quant à la réponse fournie par les Clarisses à une demande qui leur a été formulée dans le cadre de la loi, cette réponse est audacieuse, courageuse et mérite plus le soutien que la critique. .

  21. Jacques DELCOURT

    Jacques DELEN: samedi, j’étais au côté des soeurs à Malonne pour la célébration eucharistique.
    (Il doit y avoir une raison qui explique l’absence de Mgr Vancottem et du RP Scholtés. Mais je ne la connais pas ni ne la critique).

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 27 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation