L'information en continu des Médias Catholiques

Le cardinal Martini, une figure unanimement saluée

Bookmark and Share

Que ce soit le Père Francesco Rossi de Gasperis qui vécut à ses côtés à Jérusalem ou le cardinal Tauran évoquant la figure d’un grand scientifique qui sut se placer à la portée de tous, ou encore le directeur de presse du Saint-Siège, tous saluent la personnalité humble de celui qui fut aux commandes de l’archidiocèse de Milan pendant plus de 20 ans. Les obsèques du cardinal Carlo Maria Martini sont célébrées dans la cathédrale de Milan le 3 septembre en fin d’après-midi.

Le Père Francesco Rossi de Gasperis a vécu, de 2002 à 2008, aux côtés du cardinal Carlo Maria Martini à l’Institut biblique de Jérusalem où il a étudié les racines juives de la foi chrétienne. Pour l’avoir côtoyé de près, il évoque la personnalité attachante du défunt. « La chose la plus évidente qui apparaissait chez lui, pendant les six années vécues ensemble dans notre communauté de Jérusalem, c’était qu’il était finalement rentré à la maison« , assure le père jésuite. Le n’avait jamais caché son désir de vivre à Jérusalem, lieu où il s’était rendu à de nombreuses reprises avant sa retraite et où il aurait sans doute souhaité finir ses jours, si la gravité de sa maladie ne l’avait pas contraint à rentrer en Italie en 2008. « Habillé normalement et libéré de tout atour épiscopal et cardinalice, mais aussi professoral, il était redevenu notre frère de toujours avec une spontanéité admirable », décrit son confrère italien.
Mais aux yeux du Père jésuite, lui aussi éminent bibliste, ce qui était le plus frappant chez le cardinal Martini, c’était « sa liberté de conscience et de pensée ». Elle allait de pair avec un « enracinement fidèle et extrêmement intelligent dans une Parole et dans l’Eglise d’un Autre« .  Au cœur de sa prière se trouvait naturellement la situation de la Terre Sainte. « Il priait continuellement, ajoute son confrère, en intercédant pour les deux peuples frères dans l’unique terre de leur unique Seigneur« .

Le cardinal Jean-Louis Tauran salue la « grande humilité » de l’exégète de renommée internationale . Il évoque la figure de ce « savant qui savait se mettre à la portée de tout le monde ». »J’étais frappé par son intelligence très vive« , confie-t-il, il avait, « comme Benoît XVI le souci d’enseigner ».  Si le cardinal Martini a souvent été classé parmi les « progressistes » pour certaines de ses prises de position, le prélat français a assuré que son confrère italien « était trop intelligent pour n’être ni progressiste ni conservateur », car « ce sont des catégories réductrices ».

Le P. Lombardi, jésuite lui aussi, et directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, évoque l’héritage précieux du cardinal Martini. « Avec sa parole, ses nombreux écrits, ses initiatives pastorales innovantes, il a su témoigner et annoncer efficacement la foi aux hommes de notre époque », écrit le père jésuite. Il su obtenir « l’estime et le respect de proches et lointains, en inspirant de nombreux confrères dans l’épiscopat dans l’exercice de leur ministère partout dans le monde ». « La Parole de Dieu était un point de départ et le fondement de son approche envers tous les aspects de la réalité et de chacune de ses interventions« .

Et le P. Lombardi de rappeler l’intuition du pape Jean-Paul II de mettre à profit « la richesse culturelle et spirituelle de celui qui jusque-là avait été un homme d’étude, recteur de l’Institut biblique puis de la Grégorienne« , en le mettant au service de l’un des plus grands diocèses du monde fin 1979. Décrivant son style de gouvernement, le cardinal Martini écrivait qu’un évêque « ne pense pas pouvoir guider efficacement ceux qui lui sont confiés avec la multiplicité des prescriptions et des décrets, avec les interdictions et les jugements négatifs ». « Qu’il mise en revanche sur la formation intérieure, sur le goût et le charme de l’Ecriture Sainte, les motivations positives de notre action selon l’Evangile« .   Pour le P. Lombardi, le cardinal Martini laisse derrière lui un héritage précieux sur lequel il faut « réfléchir sérieusement lorsque l’on cherche les voies de la Nouvelle évangélisation« .

B.L. avec apic/imedia

Print Friendly

Lire aussi :

  • Pas encore de proposition d'article en relation.

URL courte: http://info.catho.be/?p=18426

Posté par le 3 sept 2012. inséré dans Actualité, CathoBel, CathoBel International, le fil info. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

4 Commentaires pour “Le cardinal Martini, une figure unanimement saluée”

  1. Merci pour ce bel hommage au défunt Cardinal Martini, et qui rend bien compte de son précieux apport à l’Église d’aujourd’hui, de son ministère apostolique et de la justesse de sa prédication. J’ajouterais encore la réflexion du Cardinal Ruini (citée par Zenit), qui a le mérite de mettre un terme à toute tentative de récupération visant uniquement à créer des divisions et des dissensions au sein de l’Église: « Le cardinal Martini était un grand fils de l’Eglise ; essayer de jouer son héritage contre elle serait une opération bien minable »

  2. Ephrem

    On peut se demander si le Pape Benoît aurait, le vendredi, parlé de façon si élogieuse de son « frère » le Cardinal s’il avait su que, le samedi, celui-ci de façon posthume critiquait aussi clairement sa politique pastorale. En même temps, le chrétien peut remercier Dieu pour ces clins d’oeil de sa douce Providence…

  3. burubu

    rendons grace au saint esprit de voir Benoit XVI comme pape à la place d’un autre candidat que fut Mgr Martini:on peut être un grand éxégète de la bible et ne peut pas respecter ses enseignements dans des déclarations qui plaisent à un certain publique à la recherche de courants à la mode.

    • Cher Monsieur Burubu,

      Le Cardinal Martini avait toute l’estime et la confiance des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il a été nommé Archevêque de Milan! Ce me semble être une erreur d’opposer entre eux les différents successeurs des Apôtres, car toute la beauté de l’Église réside justement dans le fait qu’elle crée une communion dans la diversité. N’oublions pas que déjà le Christ lui-même a réuni, dans le collège des douze Apôtres, un ancien « collabo » (Matthieu, le publicain) et un ancien « résistant » (Simon, le zélote). Il nous appartient de rechercher à tout prix l’unité de l’Église, meilleure garante de l’authenticité et de la crédibilité de son témoignage, plutôt que de faire le jeu de ceux qui recherchent les dissensions et les divisions en tentant d’opposer entre eux ses membres qui, dans leur diversité et leur complémentarité, forment un seul Corps mystique (Cf. 1 Corinthiens XII).

Répondre

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 39 en ligne pour 1,29 € !

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation