L'information en continu des Médias Catholiques

Rencontre avec Pierre Favre

Bookmark and Share

(photo: ©  David Latour)

Le corps recouvert de tatouages, le look décalé de Pierre Favre interpelle. Derrière ses « tatoos » et son crâne rasé, une personnalité complexe, aux multiples tourments, se cache. Pourtant, il a la foi. Et il l’a dans la peau mais aussi sur la peau… Entretien.

 

- Pour comprendre votre vie, il suffit d’observer vos tatouages. Il y a des croix, des symboles punks, Géraldine… Peut-on faire une « tatoographie » de Pierre Favre?

- Mes premiers tatouages étaient des illustrations de chansons rock, comme notamment ce petit putois. Un personnage qui m’incarnait. Au fur et à mesure, je me suis fait des tatouages au caractère spirituel: J’ai voulu affirmer ma foi par la croix. Je suis très attiré par la passion du Christ. C’est quelque chose qui me touche beaucoup. Donc, j’ai une croix tatouée sur le front, sur la lèvre et sur le cœur. Puis, j’ai voulu rajouter un peu de grec, d’arabe et d’hébreu car je suis pour le respect de la différence et des autres religions. A l’époque de ma punkitude, je m’étais tatoué mon surnom « sapu » dans le dos. Maintenant en dessous de « sapu », il y a un beau Christ car il me plait de croire qu’il n’est pas loin.

- Le nom de Géraldine, tatoué sur votre pommette, est un gage d’amour éternel pour votre épouse?

- Oui. C’était quand Géraldine était hospitalisée à Nice. Quand je suis revenu dans sa chambre d’hôpital, ce tatouage lui a ouvert les yeux. Elle s’est rendue compte qu’elle arrivait en fin de vie. Elle m’a dit alors une phrase terrible: « Je suis foutue ». Ça été très dur pour moi car, sans m’en rendre compte, je venais de lui dire qu’elle allait mourir. Bizarrement, après cela, elle est devenue sereine. On a vécu ensemble des moments très puissants. Un jour, elle m’a dit dans le creux de l’oreille une phrase qui me donne encore des frissons: « Tu es bon ». Je crois que c’est le plus beau mot d’amour qu’elle m’ait jamais dit. Vous savez, nous avons connu toutes les phases de l’Amour: « Eros » (l’amour qu’on aime recevoir), « Philia » (ouvert à l’autre même si on a besoin encore d’une certaine reconnaissance dans le service), « Agapè » (l’acte d’amour gratuit, l’aboutissement). Ce « tu es bon » était un miroir pour moi, un reflet de cet amour « Agapè ».

(…)

Propos recueillis par Anne LECONTE

Retrouvez la suite de l’article dans le journal Dimanche, disponible via la boutique en ligne
Ecoutez l’intégralité de l’interview , diffusée dans l’émission radio   »Il était une foi »

 

 

Print Friendly

Lire aussi :

  • Pas encore de proposition d'article en relation.

URL courte: http://info.catho.be/?p=28672

Posté par le 6 mar 2013. inséré dans CathoBel, CathoBel International, le fil info, Société. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Commentaires Facebook et InfoCatho.be

Répondre

Le JP de 18h15 des Médias Catholiques

Vidéo à la Une

En vidéo depuis le Vatican

Audio à la Une

Abonnez-vous gratuitement à CathoBel !

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation pour valider votre inscription!

Nos pages spéciales

Dimanche 16 en ligne

Il était une foi TV

Voir plus...

Il était une foi Radio

Ecouter plus...

Synode de Tournai «Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance»

Galerie photo

Services

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation