L'information en continu des Médias Catholiques

Liège : Veillée œcuménique à la collégiale Sainte-Croix

Bookmark and Share

Sainte-Croix - LiègeCe vendredi 24 octobre à 19h30, Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège présidera une célébration de prière avec toutes les communautés chrétiennes de Liège, à la Collégiale Sainte-Croix, à l’intention des victimes des conflits du Moyen Orient. Grande première dans le projet de faire de Sainte-Croix un lieu privilégié à l’œcuménisme.

Mgr Jean-Pierre Delville avait en effet annoncé le jour de la fête de la Croix Glorieuse qu’il souhaitait faire de la collégiale Sainte-Croix un lieu œcuménique de rencontres, de prière et de célébration.Cette soirée sera donc une première matérialisation avec un temps de prière avec les différentes communautés chrétiennes de Liège, en faveur des victimes des Conflits au Moyen Orient.

Les chrétiens d’Orient : des martyrs déjà oubliés ?

Ils sont des dizaines de milliers à avoir quitté leur maison, leur village. Pour un exil sans doute sans retour. Certains ont été accueillis en Europe, les autres … Aujourd’hui, on s’intéresse plus aux résultats peu probants des frappes aériennes, à la réaction des Kurdes, aux avancées irrépressibles de l’Etat Islamique. La Concertation Œcuménique des Églises chrétiennes de la Province de Liège a décidé de remettre en lumière le sort des chrétiens d’Irak, de Syrie, de ceux qu’on appelle les chrétiens d’Orient par cette veillée de prière. Soirée de prière, mais aussi de témoignages dont celui – exclusif – du patriarche Ignace-Ephrem II de l’Eglise syriaque orthodoxe, enregistré lors d’un son récent passage en Belgique. Participeront à cette veillée, les membres anglican, catholiques, orthodoxes, protestant et syriaque de la Concertation, des représentants de Sant’Egidio et de la Communauté du Chemin Neuf.

Diocèse de Liège

Un message de paix envoyé à Medellín par les deux papes

Bookmark and Share

deux papesLe pape François et son prédécesseur Benoît XVI ont envoyé des messages à l’occasion de la rencontre organisée par la Fondation Joseph Ratzinger-Benoît XVI, qui organise sa 4e convention à l’université pontificale bolivarienne de Medellín, en Colombie. Un millier de participants réfléchissent ensemble sur le thème « Le respect pour la vie, chemin pour la paix ».

Dans un message signé par le cardinal Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le pape François salue les participants à cette convention en leur souhaitant que « l’engagement pour la paix, partagé par tous les hommes de bonne volonté, soit chaque jour plus enraciné dans leurs cœurs ».

« Dans un monde globalisé, qui nous rapproche toujours plus mais ne nous rend pas plus frères, et qui favorise souvent la rivalité et l’affrontement », François les invite « à promouvoir la culture de la rencontre et de l’engagement pour le Bien commun, qui commence avec le respect pour la dignité de la personne, base de la coexistence humaine et du développement solidaire de tous les peuples ».

De son côté, le pape émérite Benoît XVI a lui aussi envoyé un message, en saluant ce thème « d’une très grande actualité ». « L’engagement pour la paix, fondamental dans un monde déchiqueté par la violence, commence avec le respect inconditionnel de la vie de l’homme, crée selon l’image de Dieu et ainsi doté d’une dignité absolue ». Benoît XVI rappelle que « la foi en Dieu créateur est le fondement essentiel de la dignité humaine comme nœud essentiel de tout ordre de droit. Le thème de la paix et le thème du respect pour la vie humaine sont liés à la foi dans le Dieu Créateur comme la vraie garantie de notre dignité ».

La convention se tient à Medellín, en Colombie, une ville devenue exemplaire dans la promotion de la paix ces dernières années, avec une criminalité qui a fortement diminué. Les organisateurs ont également tenu à se souvenir de la venue du pape Paul VI, récemment béatifié, à Bogota et Medellín en 1968. Une visite qui avait amorcé le processus de réception du Concile Vatican II en Amérique du Sud.

Avec Radio Vatican

François: « La justice doit être au service de l’humain »

Bookmark and Share

pape Francois 5Le pape François s’est exprimé aujourd’hui face à l’association internationale du droit pénal. Dans ce discours très long et très fort, il a notamment dénoncé les incitations à la vendetta et au populisme pénal, s’appuyant probablement sur la situation de son pays d’origine l’Argentine.  Il y a quelques mois, le pape s’était dit bouleversé par le lynchage d’un jeune garçon suspecté d’avoir commis un vol.

« La vie en commun a besoin de règles de coexistence dont la violation requiert une réponse adéquate », a souligné d’emblée  le Pape François face à un public de juristes.  »Mais nous vivons des temps dans lesquels certains secteurs de la politique ou des médias incitent à la violence et à la vendetta, publique et privée, non seulement contre ceux qui sont responsables d’avoir commis des délits, mais aussi contre ceux qui sont soupçonnés, de façon plus ou moins fondée, d’avoir enfreint la loi ».

« Dans ce contexte, s’est développée dans les dernières décennies la conviction qu’à travers la condamnation, on peut résoudre les problèmes sociaux les plus divers. On croit qu’à travers la condamnation, on pourrait obtenir des bénéfices qui demanderaient la mise en place d’un autre type de politique sociale, économique et d’intégration sociale  », a mis en garde le souverain pontife .

Attention aux stéréotypes

François dénonce en termes forts la montée en puissance d’idéologies dangereuses qui influent sur les pratiques judiciaires : « il y a une tendance à construire délibérément des ennemis, des figures stéréotypées, qui concentrent en elles-mêmes toutes les caractéristiques que la société perçoit ou interprète comme menaçantes. Les mécanismes de formation de ces images sont les mêmes que ceux qui, en leur temps, ont permis l’expansion des idées racistes ».

En évoquant la question de la proportionnalité des peines, François rappelle l’opposition explicite de l’Eglise à la peine de mort depuis l’encyclique de Jean-Paul II Evangelium Vitae. Il dénonce la politique des régimes totalitaires et dictatoriaux, qui utilisent leur code pénal comme instrument d’oppression de la dissidence politique ou de persécution des minorités religieuses et culturelles.

La justice doit être au service de l’humain

Le Pape évoque aussi l’usage abusif de la détention préventive et de la torture, qui ne se pratiquent pas seulement dans les camps de concentration rappelle-t-il, mais aussi dans « des institutions pour mineurs ou des hôpitaux psychiatriques ». Dans une allusion aux pratiques de la CIA dans la lutte contre le terrorisme, il dénonce «la responsabilité des Etats qui tolèrent la torture ou autorisent le transport dans leur espace aérien de détenus envoyés vers des centres qui pratiquent la torture ».

François appelle aussi les juristes à se montrer vigilants face à deux grands fléaux contemporains, la traite des personnes et la corruption, sans jamais perdre de vue le fait que les institutions judiciaires doivent être au service de la dignité humaine.

D’après Radio Vatican

Amnesty manifeste contre la torture en Ouzbékistan

Bookmark and Share

torture

« Stop Torture » est la campagne mondiale lancée par Amnesty International en mai dernier pour que chacun soit sensibilisé à cette réalité pour mieux s’en protéger et en exiger l’arrêt. Au nom de cette campagne, des militants de l’organisation internationale se sont rassemblés devant les ambassades d’Ouzbékistan de différents pays, dont la Belgique,  pour dénoncer les différentes méthodes de torture couramment pratiquées dans ce pays.

« La torture en Ouzbékistan est une pratique généralisée et courante. Le gouvernement continue de mentir à ce sujet, plutôt que d’agir pour y mettre un terme. Cela doit cesser », a déclaré Maisy Weicherding, chercheuse sur l’Ouzbékistan à Amnesty International.  « La communauté internationale et l’Union européenne en particulier doivent prendre en compte la pratique généralisée de la torture en Ouzbékistan dans le cadre de toutes leurs relations bilatérales. »

Trente années après l’adoption de la Convention contre la torture par les Nations Unies, Amnesty International estime que cette pratique est encore d’application dans 141 pays, dont l’Ouzbékistan. Selon l’organisation internationale, l’Ouzbékistan semble déterminé à échapper à toute surveillance internationale. Ces dernières années, aucune organisation internationale indépendante n’a pu se rendre librement dans le pays pour effectuer une surveillance indépendante des droits humains.

Des Belges en faveur la libération de Dilorom Abdoukadivora

Hier, lors d’une action coordonnée au même moment dans différents pays, une dizaine de militants d’Amnesty ont rappelé au monde politique l’emprisonnement illégal de l’ouzbèke Dilorom Abdoukadivora, torturée et emprisonnée depuis 2010 après avoir été arrêtée lors d’une manifestation pour de meilleures conditions économiques dans son pays. Les militants se sont ligotés les mains devant l’ambassade ouzbèke et se sont mis un sac noir sur la tête en référence à la méthode de torture la plus couramment utilisée en Ouzbékistan. Ils ont remis aux autorités ouzbèkes quelque 4000 pétitions récoltées en Belgique en faveur de la libération immédiate et sans condition de Dilorom Abdoukadivora.

Les coups (de pied, de poing, de bâton, de matraque, de fouet, de batte de base-ball…) sont aujourd’hui la méthode de torture et de mauvais traitements la plus répandue dans le monde, rapporte Amnesty. Parmi les méthodes les plus fréquemment utilisées,  l’organisation internationale mentionne également les décharges électriques, les simulacres d’exécution et simulacres de noyade, l’asphyxie, le maintien dans des positions douloureuses,  l’isolement prolongé, la privation de sommeil, l’amputation…

Dénoncer sans combattre

Amnesty dénonce ce « crime international, une source d’embarras politique et diplomatique et une violation que presque tous les gouvernements s’accordent à dénoncer et à condamner dans leurs discours, à défaut d’agir de façon concertée pour la combattre. Les gouvernements consacrent souvent plus d’énergie à nier ou à dissimuler l’existence de la torture qu’à mener des enquêtes ».

Via sa campagne Stop Torture, Amnesty International veut particulièrement sensibiliser le recours à cette pratique illégale au  Nigeria, au Mexique, aux Philippines, en Ouzbékistan, au Maroc et dans le Sahara occidental. Amnesty International veut obtenir l’instauration et la mise en œuvre de garanties efficaces contre la torture car elle estime que c’est le seul moyen de faire changer les choses. Lorsque des garanties efficaces sont en place, affirme Amnesty, les gens sont protégés. Lorsque les garanties sont inexistantes ou inappliquées, la torture prospère.

S.T.

Namur – Un documentaire consacré à l’abbé André et aux enfants juifs cachés pendant la Guerre

Bookmark and Share

les preuves vivantesDurant la deuxième guerre mondiale, un prêtre namurois, l’abbé André a caché des centaines d’enfants juifs. Cette histoire que nous vous avons relatée dans les pages du journal Dimanche fait l’objet d’un court-métrage qui sera présenté demain à la population namuroise.

Le documentaire « Les preuves vivantes », du réalisateur belge Xavier Istasse raconte le courage de l’abbé Joseph André qui, sous le couvert d’organiser des colonies de vacances, a réussi à sauver entre 200 et 300 enfants juifs de la traque orchestrée par les nazis. Le prêtre tenait des registres codés, reprenant les fausses identités de ses dizaines de protégés. Depuis les années 70, l’abbé André est reconnu « Juste parmi les Nations » et perçu comme un héros, voire un saint, notamment par les descendants des enfants sauvés.

Parmi les six témoignages présentés dans le film, on retrouve justement un de ces enfants. Il habite aujourd’hui en Israël et est âgé de plus de 80 ans. Mais aussi le témoignage de l’abbé Malherbe. Bien connu à Namur. Il a été vicaire au temps de l’abbé André.

Ce  documentaire a été réalisé dans le cadre du projet « devoir de mémoire » porté par le service jeunesse de la Ville de Namur. Le court-métrage « Les preuves vivantes » pourrait, à terme, servir d’outil pédagogique dans les écoles, appuyé pourquoi pas par le témoignage de l’un ou l’autre survivant. Avant cela, il sera présenté officiellement à la population namuroise ce jeudi à l’espace culturel Quai 22, à Namur.

Lire sur le sujet: Une Américaine d’origine juive sur les pas de l’Abbé Joseph André

MVL (avec L’Avenir)

 

Enseignement : une heure d’information syndicale dans toutes les écoles

Bookmark and Share

bras croisésUne heure d’arrêt de travail dans toutes les écoles francophones. C’est la première action syndicale organisée suite aux mesures annoncées par le gouvernement.

Le front commun syndical de l’enseignement a invité les professeurs de toutes les écoles de la fédération Wallonie-Bruxelles à débrayer durant une heure de cours. Cet arrêt de travail est mis à profit par les syndicats pour informer les membres du corps enseignant sur l’effet des mesures budgétaires annoncées.

L’action a débuté aujourd’hui mais elle devrait se poursuivre demain dans plusieurs écoles et ce, du fondamental au supérieur et tous réseaux confondus. Dans un communiqué, le front commun syndical a rappelé qu’aucun parti qui compose le gouvernement fédéral n’avait repris dans son programme l’augmentation de l’âge de la pension. Le saut d’index et les montants des pensions suscitent également la plus grande inquiétude. Mais il n’y a pas que le fédéral qui fait réagir les syndicats. Ceux-ci ciblent également le PS et le cdH qui s’étaient engagés à ne pas toucher aux salaires ni à l’encadrement dans l’enseignement. Or le gouvernement wallon a annoncé il y quelques jours son intention de revoir le système des frais de fonctionnement des écoles. Ces frais de fonctionnement qui doivent payer le chauffage, l’électricité, l’entretien ou le personnel ouvrier devraient prochainement être attribués partiellement à l’engagement de nouveaux enseignants. Une mesure qui, selon les syndicats, correspond en réalité à une baisse du budget déguisée.

En fonction de la mobilisation constatée durant ces séances d’information syndicales, les enseignants pourraient rejoindre la grève générale du 15 décembre, ainsi que les mouvements de grèves régionaux qui précéderont celle-ci.

MVL

Conférence :  »La vie c’est trop mortel ! Parler de la mort avec les ados ? »

Bookmark and Share
vanmeerbeeck« La vie c’est trop mortel! Parler de la mort avec les ados? » Ce sera le thème d’une conférence qui aura lieu, à Namur, le 22 octobre, à 20h, à l’amphithéâtre Aula Maior. Une conférence qui sera donnée par le Pr Philippe van Meerbeeck, neuropsychiatre, psychanalyste et auteur de plusieurs ouvrages dont « Ainsi soient-ils! A l’école de l’adolescence ».
La mort fait partie de la vie, il faut en parler mais ce n’est pas simple pour autant. C’est une réalité parfois difficile à concevoir, mais néanmoins inéluctable: les adolescents et les jeunes adultes sont sans cesse confrontés à la mort, que celle-ci soit vue (télévision), entendue (radio, chansons) ou scénarisée (cinéma, internet, jeux vidéo). L’adolescent peut aussi être confronté à la mort  »en vrai », soit parce que lui-même ou l’un de ses proches la défie (drogue, conduite en état d’ivresse, rapports non protégés…), la souhaite (tentative de suicide), ou l’éprouve (décès d’un parent, d’un proche…). Cette mort expérimentée plus ou moins intimement donne à prendre conscience de ce qu’est la finitude de l’être humain. La mort est un événement singulier et universel. Parler de la mort c’est aussi et surtout parler de la vie!
La conférence sera donnée par le Pr.Philippe van Meerbeeck (photo). Il parlera ainsi de la vie qui peut, pour parler  »jeune », être  »cool » mais aussi  »trop mortelle’‘. De la vie qui peut aussi être ennuyeuse et de la mort que l’on peut rencontrer au détour d’un chemin. A entendre ce soir, mercredi 22 octobre, à 20h, à l’amphithéâtre Aula Maior de l’Université de Namur 1, rue Grafé à Namur.
Prix d’entrée: 10 euros.
Infos: www.soinspalliatifs.be ou au 081 43 56 58.
Diocèse de Namur
Crédit Photo : Diocèse de Namur
la vie c'est trop mortel

La Turquie recevra François fin novembre

Bookmark and Share

Pape TurquieLe pape François se déplacera en Turquie du 28 au 30 novembre prochain. Il s’agira du 6e voyage apostolique de François, après le Brésil en 2013, la Terre Sainte, la Corée du Sud et l’Albanie tout récemment, et enfin les Institutions européennes à Strasbourg, le 25 novembre.

Ce voyage est organisé à l’invitation conjointe du président turc, du président de la conférence épiscopale turque et du patriarche de Constantinople Bartholomée 1er. La dimension œcuménique est la motivation principale de ce déplacement, qui se déroulera six mois après la rencontre à Jérusalem entre le chef de l’Eglise catholique et le patriarche de Constantinople. Depuis le début de son pontificat, François a manifesté, à de nombreuses reprises, sa volonté d’un rapprochement avec l’orthodoxie.

Le programme détaillé
Ce sera la 4e visite d’un pape en Turquie à l’époque contemporaine, après celles de Paul VI en 1967, Jean-Paul II en 1979 et Benoît XVI en 2006.
Le vendredi 28 novembre, François atterrira vers 13h à Ankara, la capitale turque, pour une première étape politique. Après un passage au mausolée d’Atatürk (comme le protocole l’impose aux chefs d’Etat en visite), le pape sera reçu au Palais présidentiel par le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Lors de sa rencontre avec les autorités politiques, le pape François prononcera son premier discours sur le sol turc. Il tiendra aussi une audience avec le premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, et rendra visite au président du Diyanet, le Conseil des Affaires religieuses, qui supervise l’organisation des cultes dans ce pays officiellement laïc, mais très majoritairement musulman.
Le samedi 29 novembre, le Pape s’envolera pour Istanbul où il atterrira à 10h30. Il visitera le musée de Sainte-Sophie et la mosquée Sultan Ahmet (communément appelée la « Mosquée bleue ») avant de célébrer une messe à la cathédrale catholique du Saint-Esprit. Il retrouvera ensuite le patriarche de Constantinople, Bartholomée, pour une prière œcuménique en l’église patriarcale Saint-Georges et un entretien privé au palais patriarcal.
Le dimanche 30 novembre, il célébrera une messe en privé dans la chapelle de la délégation apostolique avant de retrouver Bartholomée pour la Divine liturgie en l’église patriarcale Saint-Georges. Ils donneront ensemble une bénédiction œcuménique et signeront une déclaration conjointe. Un discours du pape est prévu à l’occasion de cette rencontre. 
SB/RV

Maltraitance des seniors : 20% d’appels en plus sur un an

Bookmark and Share

personnes ageesL’agence wallonne de lutte contre la maltraitance des personnes âgées a reçu 2.922 appels en 2013. C’est 395 de plus qu’en 2012 – soit une hausse de 20%.

Respect seniors, c’est le nom de cette agence, estime que cette hausse des appels ne signifie pas forcément une augmentation des cas de maltraitance. La ligne gratuite, le 0800/30.330, est en effet de plus en plus connue, ce qui peut expliquer ces chiffres.

La maltraitance des personnes âgées reste pourtant une réalité bien trop présente dans notre pays, d’autant que de nombreuses personnes maltraitées n’osent pas faire part de leur situation.

Cette maltraitance touche principalement les femmes, qui représentent 71% des cas et plus particulièrement la tranche d’âge 80 à 90 ans. Elle peut prendre plusieurs formes dont la plus répandue est la maltraitance psychologique (32,4%), financière (22%) et bien sûr physique.

Concernant les auteurs de ces faits, les familles sont les premières concernées (64,44%) avec en première place les enfants suivis des conjoints. Les professionnels dans les institutions viennent ensuite avec 18,13% des cas.

Infos: www.respectseniors.be

MVL (avec Belga)

Le Concert de la Fraternité : vive la diversité !

Bookmark and Share

Focolari_2014Le 18 octobre, la salle Claridge était comble et le public bouleversé par le climat de fraternité qui s’est créé et intensifié au cours de la soirée. Cette initiative artistique était portée conjointement par l’association musulmane ‘La Lumière du Cœur’ et le mouvement des Focolari. Une première en son genre.

La soirée a été un voyage artistique à travers le patrimoine musical des cultures chrétienne et musulmane, avec la contribution de la soliste flamande Inez Carsauw, accompagnée par l’Ensemble Eastbelgica, de Hassan Muhammady avec ses musiciens, de la chorale Nativitas avec Monica Nève. Des styles et époques variées, des sensibilités religieuses qui s’accueillaient, au-delà des langues et cultures. La musique, vecteur par excellence d’un message qui sait unir dans la diversité.

Un jeune Egyptien chrétien, Mina Shehata, confie « Pendant les dernières années tumultueuses, en Egypte, nous avons compris que parler ne suffit pas, qu’il faut faire des choses ensemble. Nous nous sommes donc mis à nettoyer un quartier ensemble, musulmans et chrétiens. Nous avons vu qu’en approchant l’autre avec respect et bienveillance, tu trouves la base de ce qui compte pour l’autre. Il y a eu des églises brûlées, oui. Mais le plus fort a été le fait que les musulmans avec qui nous avions travaillé, nous ont accompagnés à l’église en disant que si elle était brûlée, ils voulaient partager notre sort. Et pour la fête de Noël ils nous ont donné des chocolats…  » Son témoignage en dit long sur l’impact du dialogue de la vie, construit à partir de gestes et actes simples et forts, à la portée de tous.

« La vraie richesse de la société, c’est la diversité. Après la semaine vécue, ce sont des messages forts comme celui-ci qu’il faut »,  a déclaré la ministre Joëlle Milquet. Etaient également présents à ses côtés la secrétaire d’Etat Bianca Debaets, le président de l’Exécutif des Musulmans (EMB) Norddin Smaili, le vice-président de l’EMB Hassan Batakli, la présidente de Religions for Peace Belgique et Europe Yolande Iliano, Jacob Mahy, le théologien musulman, Mohamed Boulif,  l’ex-président de l’EMB, ainsi que Maria Verhegge et Bernard Keutgens, les responsables du mouvement des Focolari en Belgique et au Luxembourg.

Dans leur message d’introduction, Noufissa Boulif, musulmane, et Chris Hoffmann, chrétienne (Focolari), ont souligné le « long parcours de dialogue entre chrétiens et musulmans », fait par des « signes d’intérêt, d’amitié, de fraternité » et qui a débouché sur « une pleine confiance ». Elles ont invité toutes les personnes présentes, artistes et public, à « cheminer dans l’expression artistique de l’autre, et plus particulièrement sa musique, son chant », pour « connaître l’autre dans ce qui vit au plus profond de lui, et à le partager avec lui ».

A. T. (avec C. H.)

 

Béatification de Paul VI : les cérémonies à Rome et Milan

Bookmark and Share

Palec st PierreCe dimanche aura lieu la béatification du pape Paul VI. On en sait désormais un peu plus sur le déroulement des cérémonies qui auront lieu samedi 18 et dimanche 19 octobre à Rome et dans le diocèse de Milan, dont Giovanni Battista Montini fut archevêque de 1954 à 1963. Une cérémonie à suivre en direct sur la RTBF télé (La Deux).

Un communiqué de don Davide Milani, responsable communication du diocèse de Milan, publié ce 17 octobre, précise d’abord que plus de 3.000 pèlerins milanais arriveront samedi dans la capitale italienne. A Rome, ils pourront alors, mêlés à la foule de fidèles venus du monde entier, participer à trois moments forts. Tout d’abord la liturgie des Vêpres, présidée par le cardinal Angelo Scola, actuel archevêque de Milan, qui se déroulera samedi à 18h30 en la Basilique des Saints-Apôtres, à Rome. Ensuite, la messe de béatification de Paul VI, présidée par le pape François, dimanche 19 octobre à 10h30, sur la Place Saint-Pierre. Et enfin, la messe de remerciement, à nouveau présidée par le cardinal Scola, le lundi 20 octobre à 9h30 en la Basilique de Saint-Paul-hors-les-murs. Elle est adressée aux fidèles venus des diocèses de Milan et de Brescia.

Dans les paroisses du diocèse de Milan, des veillées de prière sont prévues samedi 18 octobre. Le dimanche, des écrans géants seront installés dans la Galerie Vittorio Emanuele II – une première pour retransmettre ce genre d’événement – et permettront aux Milanais d’assister à la messe, retransmise en direct de 10h30 à 12h30. Ou plutôt d’être « transportés » Place Saint Pierre, puisque, pour la première fois en Europe, le standard télévisé 4K sera utilisé: cette technologie nouvelle permet d’obtenir une qualité d’image quatre fois supérieure à celle de la haute définition, donnant ainsi au spectateur la sensation de faire partie de ce qu’il voit…

Mais lorsque le pape François proclamera Paul VI « bienheureux », les fidèles milanais auront la preuve qu’ils sont toujours bien à Milan, puisque dans la capitale lombarde et dans toutes les paroisses du diocèse, les cloches sonneront à cet instant précis.

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce 17 octobre, le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a par ailleurs affirmé que l’« on peut s’attendre à ce que le Pape émérite soit présent à la béatification de Paul VI ». Joseph Ratzinger a connu Paul VI, puisque c’est ce dernier qui l’a créé cardinal, le 27 juin 1977. Seuls deux autres cardinaux créés par Paul VI sont encore vivants: le brésilien Paolo Evaristo Arns, archevêque émérite de Sao Paulo, et l’américain William Wakefield Baum.

Sur les ondes de la RTBF

A noter que dimanche, la RTBF retransmettra en direct la cérémonie de béatification (en lieu et place de la messe dominicale), à partir de 10h30 sur La Deux. Les commentaires seront assurés par le frère Didier Croonenberghs o.p. et le canoniste Thibault Denotte.

Six lauréats du bien vieillir

Bookmark and Share

bien manger (c) Fondation Roi BaudouinSix maisons de repos ou de repos et de soins, en Wallonie et à Bruxelles, viennent d’être sélectionnées par un jury à la suite de l’appel à projets « Bien manger, bien vieillir en maison de repos » lancé par la Fondation Roi Baudouin.

Les lauréats se sont vus décerner un prix financier pour les encourager à mettre en pratique leurs idées pour améliorer la qualité et… l’ambiance des repas proposés aux résidents. Parmi ceux-ci, se trouvent des projets très différents, qui vont du petit-déjeuner style buffet hôtelier au ‘front cooking’, la cuisine ouverte sur la salle, qui permet au chef de préparer le repas devant les résidents, comme dans de nombreux restaurants à la mode.

Toutes ces pratiques sont créatives et peuvent contribuer à la santé nutritionnelle des résidents. Si chacune d’elles est différente dans son élaboration, elles ont des objectifs communs: impliquer un maximum de métiers à l’intérieur de la maison de repos (ergothérapeutes, diététiciens, aides-soignants, cuisiniers, personnel d’entretien…) et impliquer autant que possible les résidents dans l’élaboration du repas.

La Fondation Roi Baudouin s’attache depuis plusieurs années à promouvoir une meilleure qualité des soins, en particulier vis-à-vis des patients plus vulnérables. C’est dans ce cadre qu’elle souhaite soutenir des démarches qui visent à améliorer la qualité de vie des personnes âgées en maison de repos et en maison de repos et de soins. La dénutrition ou la mauvaise alimentation des personnes âgées sont des phénomènes régulièrement dénoncés. Voilà une façon de les contrer.

Plus d’infos

cp

De l’air frais à la chapelle Sixtine

Bookmark and Share

chapelle SixtineDes nouvelles installations de climatisation et d’éclairage de la « cappella magna » ont été réalisées pour célébrer le 450e anniversaire de la mort de Michel Ange. En effet, il a paru urgent de préserver la qualité de l’air ambiant de ce joyau artistique.

L’éclairage des 2.500 m² a également été sensiblement amélioré. Trois années de travaux ont été nécessaires pour assurer l’ensemble des modifications. Carrier et Osram, les deux entreprises chargées d’effectuer les travaux ad hoc, les ont réalisés gracieusement. Les fresques de la chapelle Sixtine avaient été entièrement restaurées il y a 20 ans. Cette fois, c’est au tour de la climatisation et de l’éclairage, soumis à rude épreuve avec le grand nombre de visiteurs quotidiens, puisque 20.000 personnes sont enregistrées certains jours de grande affluence. Chaque année, ce sont près de six millions de personnes qui contemplent l’ensemble.

Pour saluer l’événement, un congrès international de deux jours a été programmé les 30 et 31 octobre prochains. Comme le précise Antonio Paolucci: « A partir des résultats exceptionnels obtenus en 1994, on examinera l’état actuel des fresques et on rendra publiques les enquêtes scientifiques constantes et approfondies ainsi que le plan d’entretien ordinaire et extraordinaire (y compris l’étude et la réalisation du nouveau système de climatisation et d’aération et du nouveau système d’éclairage) que les Musées du Vatican ont lancé il y a longtemps en vue d’une meilleure protection de cet extraordinaire monument. ».

A. T. (avec zenit)

Hong Kong : les responsables religieux offrent leur médiation

Bookmark and Share

Hong Kong 1Pour trouver une issue à la crise actuelle qui secoue Hong Kong depuis plusieurs semaines, et alors que le mouvement de mobilisation étudiante et de désobéissance civile se prolonge, les responsables religieux de Hong Kong ont offert leur médiation. Une offre aussitôt rejetée par le gouvernement local.

« Nous souhaitons entendre les avis et opinions des deux parties afin de tenter de trouver une base commune pour établir un dialogue qui permettra de contribuer à la reprise des pourparlers et à bâtir la paix », ont déclaré par voie de communiqué les responsables des religions catholique, protestante, bouddhiste, confucéenne, taoïste et musulmane.

Les responsables religieux précisent qu’ils estiment pouvoir apporter une offre de médiation indépendante entre le gouvernement et les manifestants, à l’heure où les tensions restent fortes entre les deux camps à propos des réformes électorales à mettre en place en vue des élections de 2017.

Face au pouvoir local qui joue l’usure du mouvement dans la rue et après plusieurs incidents ayant vu la police se livrer à des violences contre des manifestants, le calme est loin d’être revenu à Hong Kong. Le quartier général de la police a été entouré de quelques centaines de manifestants venus dénoncer ces violences. En l’absence du cardinal John Tong Hon, en déplacement à Rome en raison du synode sur la famille, Mgr Joseph Ha Chi-sheng, l’un des trois évêques auxiliaires du diocèse de Hong Kong, a représenté l’Eglise catholique pour cette offre de médiation des responsables religieux. Il qualifie la situation présente à Hong Kong de « grave ». « Proposer une médiation à ce stade comporte des risques très réels, analyse-t-il pour l’agence Ucanews. Mais n’est-ce pas le rôle des responsables religieux que de se saisir de cette responsabilité? »

Quel sera la position du gouvernement local?

Dans l’immédiat, le gouvernement local n’a pas répondu à l’offre de médiation des responsables religieux; il a seulement fait savoir qu’il disposait déjà d’un médiateur « hautement respecté », sans pour autant révéler son identité. De plus, ce jeudi 16 octobre, le chef de l’exécutif, C. Y. Leung, a déclaré que son gouvernement réitérait son offre de pourparlers avec les leaders étudiants, une proposition qui intervient une semaine après qu’une première offre en ce sens a été brutalement retirée par lui et son administration.

Selon les observateurs locaux, il semble peu probable que le gouvernement local saisisse la main tendue par les responsables religieux de Hong Kong. On peut penser que Pékin verrait d’un mauvais œil l’exécutif local faire appel à des responsables qu’il préfère voir, sur le continent, cantonnés dans des fonctions purement religieuses et cultuelles plutôt que sociales et politiques.

Avec Eglise d’Asie

Les catastrophes naturelles ont fait moins de victimes en 2013

Bookmark and Share

HaiyanAu cours de l’année dernière, 22.452 personnes ont perdu la vie suite à des désastres naturels. C’est nettement moins que les années précédentes. Dans le même temps, pourtant, la fréquence et la gravité des phénomènes extrêmes s’est accrue.

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) ont publié un rapport dans lequel elle recense le nombre de victimes de catastrophes naturelles en 2013. Au total, l’IFRC dénombre 22.452 personnes tuées par des catastrophes naturelles en 2013, un chiffre nettement plus faible que la moyenne annuelle de 97.954 tués entre 2004 et 2013. En novembre 2013, le typhon Haiyan, qui a frappé la province de Leyte aux Philippines, a été le plus meurtrier avec au moins 7.986 tués. Les inondations provoquées par la mousson en Inde ont été la deuxième catastrophe la plus meurtrière avec 6.054 tués.

La pire année de cette décennie avait été 2004, où 242.829 personnes avaient péri, principalement suite au tremblement de terre et au tsunami qui avait suivi dans l’océan Indien. Le nombre de personnes affectées par des catastrophes naturelles, 100 millions majoritairement en Asie, est aussi le plus faible de la décennie. Mais le responsable de l’étude, Terry Cannon, souligne qu’il faut rester prudent dans ces comparaisons annuelles et appelle à regarder la capacité des pays à se préparer à une catastrophe.

Les changements économiques rapides, la croissance de la population et l’urbanisation dans les pays en développement soumettent de plus en plus de gens aux risques en cas de catastrophe naturelle, alors que les experts mettent en garde contre la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes avec le réchauffement de la planète, note le rapport.

MVL (avec Belga)

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation