L'information en continu des Médias Catholiques

« Avent dans la ville » : nouvelle édition

Bookmark and Share

avent-dans-la-ville

Une nouvelle édition d’« Avent dans la Ville » débutera ce samedi 29 novembre pour se terminer le jour de Noël. Le thème de cette année sera  »Voici, je me tiens à la porte. » Ce qui se présente comme une véritable retraite virtuelle proposera des méditations, que l’on pourra recevoir par mail. Pour participer à cette retraite, une seule chose à faire : s’inscrire.

L’année dernière, ce sont 60.000 internautes qui ont participé à cette retraite de préparation à Noël. Cette année encore, les participants recevront une méditation, qui sera signée par trois frères dominicains et une mère de famille.

En s’inscrivant, on reçoit également un accès pour déposer des intentions de prières qui seront portées par des communautés dominicaines, mais aussi par la communauté des internautes.

Autres rubriques accessibles: des témoignages livrés par les Apprentis d’Auteuil, une association fondée par le bienheureux Père Brottier, et qui a pour mission de former des jeunes en difficulté. Ou encore des chants du choeur Dei Amori Cantores, composé d’étudiants et de jeunes professionnels qui mettent leurs talents et leurs créations au service de l’annonce de la Parole de Dieu. Chaque semaine, tout au long de la retraite, on pourra découvrir ces chansons à travers une vidéo.

Si vous êtes tenté par cette retraite virtuelle, vous pouvez vous inscrire à partir du  site : www.aventdanslaville.org

CH (avec www.diocesedenamur.be)

Photo: (c) www.diocesedenamur.be

Dimanche, offrez-leur des chaussettes

Bookmark and Share

Ce dimanche 30 novembre, « l’Opération Chaussettes pour le froid » prendra ses quartiers à Bruxelles pour la troisième année consécutive. A l’approche de l’hiver, cette action appelle à la solidarité des citoyens pour soutenir les sans-abri.

« L’Opération Chaussettes pour le froid » vous donne rendez-vous ce dimanche devant le palais de justice de Bruxelles, de 11h à 15h. Le but est de sensibiliser un maximum de monde à la réalité des sans-abri, trop nombreux dans notre capitale. Cette action solidaire et citoyenne est soutenue et conseillée par des associations telles que DoucheFlux, Infirmiers de Rue, Télé-Service et Ligue des Optimistes (commission sociale). Durant quatre heures, des bénévoles seront présents place Poulaert pour récolter des gants, un pull, une écharpe, une veste, une doudoune, une couverture, un sac de couchage, des chaussettes chaudes, mais aussi des crèmes anti-engelures, des sprays désinfectants, des pansements, etc. Autant d’accessoires qui pourront faire toute la différence pour les personnes forcées de dormir dans la rue.

Chaussette-noireL’année dernière, près de 10 tonnes de vêtements et de produits d’hygiène avaient été récoltés. Les dons avaient ensuite été triés et livrés à différentes associations de terrain, chacune pour des besoins bien spécifiques.

Pour une question d’organisation, les bénévoles de l’Opération Chaussettes invitent les généreux donateurs à trier les vêtements enfants, femmes et hommes et à les emballer séparément. La grande collecte aura lieu place Poulaert de 11h à 15h.

Un numéro de compte au nom d’Opération Chaussettes à également été ouvert: BE60 3631 1328 9370.

S.T.

L’œcuménisme au programme du voyage papal en Turquie

Bookmark and Share

Pape TurquieFrançois est attendu ce vendredi, à la mi-journée en Turquie pour son sixième voyage à l’étranger. Un déplacement sous les couleurs de l’œcuménisme puisqu’il répond à l’invitation du patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée Ier.

Après Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, François sera le quatrième souverain pontife à visiter ce pays. Un voyage qui sera ponctué de rencontres officielles, mais dont le point culminant sera précisément la rencontre avec Bartholomée Ier, à l’occasion de la fête, le 30 novembre, de Saint-André, patron du christianisme oriental. Tout au long du voyage, le pape sera accompagné par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat, le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la congrégation pour les Eglises orientales et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.

Le pape quittera Rome ce 28 novembre à 9h, pour arriver à Ankara aux environs de 13h. Il sera accueilli officiellement à l’aéroport et visitera ensuite le Mausolée d’Atatürk, pour un hommage simple à celui qui est considéré comme le père de la Turquie moderne.

François se rendra au palais présidentiel où aura lieu une cérémonie de bienvenue avec le président de la République Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre Ahmet Davutoglu et les autorités du pays. Le pape prononcera son premier discours, en italien.

A 16h, il rencontrera la présidence des affaires religieuses, qui est une autorité d’Etat, conduite par M. Mehmet Görmez. Le pape prononcera un deuxième discours.

Le lendemain matin, 29 novembre, il rejoindra en avion l’aéroport international Atatürk d’Istanbul aux environs de 10h30. Il visitera le Musée de Sainte-Sophie – l’ancienne basilique de la Sainte-Sagesse, inaugurée par Justinien en 585 – et la Mosquée du sultan Ahmet connue sous le nom de Mosquée bleue. Il sera accueilli par le grand Mufti d’Istanbul Mustafa Cagrici.

Rencontres tous azimuts

A la nonciature apostolique, le pape rencontrera une cinquantaine de représentants des quatre rites catholiques principaux présents en Turquie – latin, arménien, syriaque, chaldéen – avec lesquels il vivra une célébration liturgique.

A 15h est prévue une messe en la cathédrale du Saint-Esprit, en présence du patriarche Bartholomée Ier et d’autres représentants orthodoxes. Puis le pape participera à une brève prière œcuménique dans l’église patriarcale de Saint-Georges, à l’issue de laquelle il sera reçu en privé par le patriarche Bartholomée Ier au palais patriarcal.

Dimanche 30 novembre, troisième jour du voyage, il célébrera la messe en privé à la délégation apostolique. Il recevra également le grand rabbin de Turquie Isak Haleva.

A 9h30, une Divine Liturgie aura lieu en l’église patriarcale de Saint-Georges, pour la fête de saint André. Après la célébration à laquelle le pape assistera, il sortira vers 12h, accompagné par le patriarche de Constantinople, et tous deux béniront la foule depuis le balcon. Puis le pape signera une déclaration œcuménique conjointe avec le patriarche comme l’avaient fait ses prédécesseurs, Benoît XVI et saint Jean-Paul II, dans une salle du patriarcat.

Le pape déjeunera avec le patriarche à 12h30 avant de rejoindre aux environs de 14h la résidence pontificale. Son dernier rendez-vous sera pour les jeunes élèves de l’oratoire salésien, vers 15h45. Son départ de la Turquie est prévu à 17h (16h à Rome).

Œucuménisme et contexte régional

Lorsque le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a présenté le programme de ce voyage apostolique en Turquie, il l’a clairement situé   »dans la tradition des voyages des papes en Turquie et de leurs relations avec le patriarcat de Constantinople ».

Dans le contexte régional actuel, cette visite de trois jours permettra sans doute au pape d’aborder, avec ses hôtes, la situation au Moyen-Orient, au nord de la Syrie et de l’Irak, à l’ouest de l’Iran. Le dialogue interreligieux devrait aussi occuper une place importante, dans un pays à majorité musulmane (98%). Par ailleurs, il s’agira d’encourager la petite communauté catholique. Toutefois, la tonalité du voyage sera surtout œcuménique, car il se déroule à l’invitation du patriarche Bartholomée Ier, avec lequel le pape entretient un dialogue amical, basé sur des relations fréquentes. Il se sont, en effet, rendus ensemble en Terre Sainte en mai dernier et ont vécu côte à côté la prière pour la paix du 8 juin dans les Jardins du Vatican, avec le président israélien Shimon Pérès et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Reste à savoir comment ce voyage est-il perçu dans ce pays très majoritairement musulman? Quelles sont les attentes de la petite communauté catholique? D’après l’envoyée spéciale du journal La Croix à Istanbul, si les médias en parlent en des termes bienveillants, l’homme de la rue ignore tout de la visite du pape François ou s’en désintéresse. Il n’y a aucun signe visible. Deux raisons peuvent expliquer ce « désintérêt » éventuel. D’une part, la Turquie, bien qu’Etat officiellement laïc, s’islamise petit à petit, et d’autre part, le contexte régional, avec la guerre aux frontières du pays, complique les rapports d’Ankara avec l’Occident. Le pays doit aussi gérer l’afflux massif des réfugiés qui pèse lourd sur son économie.

J.J.D.

Le carillon, patrimoine immatériel pour l’UNESCO

Bookmark and Share

carillon GemblouxLa reconnaissance de la culture du carillon belge réjouit à la fois le nord et le sud du pays, puisque l’art du carillon appartient pleinement au patrimoine culturel commun des communautés flamande et wallonne.

Cette année, parmi toutes les requêtes, l’UNESCO a retenu une seule pratique relevant du patrimoine immatériel culturel. La décision a été prise lors de la 9e session du Comité réuni actuellement à Paris. Le premier carillon est apparu il y a 500 ans, dans les Pays-Bas méridionaux. Il est considéré comme « le plus ancien instrument musical de communication de masse de l’histoire ». C’est d’ailleurs le plus grand instrument de musique au monde. « La culture du carillon en Belgique frappe par sa recherche d’un équilibre entre des initiatives innovantes et le respect de son rôle historique. » Ce prix constitue une reconnaissance pour les passionnés de l’instrument qui participent à l’essor de cette « voix musicale ».

A Liège, le carillon de la collégiale Saint-Barthélemy va reprendre du service après plusieurs décennies de silence. Un événement qui sera célébré ce samedi 29 novembre 2014, de 15h à 17h, et le dimanche 30 novembre, de 14h à 17h, avec l’inauguration du carillon restauré et de son mobilier campanaire.

Jean-Christophe Michallek, président de l’association campanaire wallonne, se réjouit de cette reconnaissance décernée par l’UNESCO.

Angélique TASIAUX

Nouvelles technologies : protégez vos enfants

Bookmark and Share

iRespect - 2014Ce n’est pas un secret, les enfants sont connectés de plus en plus jeunes. Mais sont-ils pour autant bien informés des risques que cela peut engendrer à propos de leur vie privée? Un nouvel outil pédagogique vient d’être lancé dans le cadre de la protection en ligne.

Ce nouveau kit informatif iRespect a vu le jour dans une dynamique de prévention. Cette approche pédagogique vise à former les jeunes autour de la notion de la vie privée en ligne. Child Focus, B-CCENTRE (Belgian Cybercrime Centre of Excellence for Training, Research & Education), EMSOC (User Empowerment in a Social Media Culture) et la « Digital Champion » pour la Belgique ont uni leurs connaissances pour concevoir ce kit informatif, qui contient un DVD et des fiches pédagogiques ayant pour thème la protection de la vie privée en ligne.

Le kit iRespect est un tout nouvel outil pédagogique que les enseignants peuvent utiliser pour lancer le débat sur la protection de la vie privée en ligne avec des élèves âgés de 10 à 14 ans. Grâce à son approche inclusive et aux études préalables qui ont été effectuées pour le mettre au point, cet outil convient également aux écoles spécialisées de type 1 et 8.

Le DVD contient dix vidéos interactives de prévention permettant de travailler de façon créative autour de la protection de la vie privée. Les élèves, plongés dans des situations concrètes, sont invités à faire des choix. Chaque vidéo est accompagnée d’une fiche pédagogique.

Certes, Internet donne aux enfants une large vision du monde, leur permet d’établir des relations d’amitié et est une source quasi inépuisable de jeux et d’aventures. Mais parfois ça dérape. Des études récentes (Net Children go mobile. Mascherone & Cuman, 2014) montrent que 19% de jeunes Belges entre 9 et 16 ans ont un profil public sur les réseaux sociaux et que 11% ont déjà été en contact, sans le vouloir, avec du contenu à caractère sexuel. C’est pourquoi il est indispensable d’aiguiser la capacité critique des jeunes internautes et de leur apprendre quels sont les comportements souhaitables.

Cet outil iRespect a été réalisé grâce aux subsides de la Commission européenne, SPF Economie et de l’IWT (agence flamande pour l’innovation par la science et la technologie). Une façon d’apprendre aux enfants à aborder Internet de manière sûre et constructive.

A. T.

Forte baisse des demandes de naturalisation

Bookmark and Share

passeport belgeAlors que la Commission des naturalisations de la Chambre avait enregistré une hausse des demandes de nationalité belge en 2012, celles-ci ont chuté de près de 70% l’an dernier.

Plus de 15.700 demandes d’obtention de la nationalité belge avaient été introduites selon les statistiques de 2012. Mais, depuis l’an dernier, la procédure de naturalisation est devenue beaucoup plus stricte et la procédure est devenue payante: cela coûte 150€. Deux facteurs qui découragent beaucoup de candidats. Du coup, les demandes de naturalisation sont en chute libre en 2013: elles ont baissé de près de 70% par rapport à l’année précédente.

Face à ce constat, plusieurs associations se sont mobilisées et ont organisé un forum à Bruxelles, avec pour objectif d’orienter les personnes intéressées et de les aider à y voir plus clair. Rappelons que pour obtenir la nationalité, les demandeurs doivent prouver leur connaissance de l’une des trois langues nationales et leur intégration sociale. Au-delà d’une procédure, à leurs yeux, trop sévère et complexe, les associations qui viennent en aide aux candidats à la naturalisation regrettent aussi l’attitude de certains agents d’accueil communaux, parfois eux-mêmes mal informés et qui donnent donc de mauvais conseils.

 

Viendrez-vous en Belgique ? Quand Charles Michel invite le pape

Bookmark and Share

Charles Michel a profité du passage du pape au Parlement européen pour inviter le souverain pontife à visiter la Belgique.

CaptureCe mardi 25 novembre, Charles Michel s’est entretenu avec le pape pendant une dizaine de minutes. Le Premier ministre belge a invité le souverain Pontife au Conseil de l’Europe après que l’évêque de Rome ait prononcé son discours devant le parlement européen à Strasbourg. A l’issue de cet échange, le Premier ministre a précisé à l’agence Belga que la conversation avait porté sur « quelques valeurs universelles fondamentales telles que la liberté, la tolérance, et la lutte contre la pauvreté« . Des valeurs qui, selon Charles Michel ne vont pas toujours de soi, même dans l’Europe que l’on connaît aujourd’hui.

La visite papale n’a pas fait l’unanimité chez tous les parlementaires européens, mais le Premier ministre belge a jugé qu’il n’était « pas anormal » qu’un message philosophique ou spirituel soit émis dans le parlement.  « J’ai du respect pour les gens qui ne croient pas« , a t-il ajouté avant de se qualifier lui-même d’agnostique.

Peu avant son entretien avec le Premier ministre belge, le pape François avait confirmé devant le parlement européen le point de vue de l’Eglise au sujet de l’euthanasie et de l’avortement. Le fait qu’il soit reçu par le Premier ministre d’un pays dont la législation est à la pointe en matière d’euthanasie n’a pas semblé poser de problème particulier.

« Je respecte toutes les opinions« , a insisté Charles Michel. « Cela ne veut pas dire que je suis tout à fait d’accord avec tout ce que le pape dit« , a-t-il conclu.

S.T. (d’après Belga)

Photo: Capture d’écran Lalibre.be

La Belgique condamnée pour conditions déplorables dans ses prisons

Bookmark and Share

Dans nos prisons, les conditions de détention doivent être améliorées. C’est ce qu’a recommandé mardi 25 novembre la Cour européenne des droits de l’Homme après avoir condamné l’Etat belge à dédommager un ex-détenu pour « dommage moral« .

PrisonLa Belgique a été condamnée hier par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour les conditions de détention déplorables de ses prisons. La surpopulation carcérale n’est pas pour rien dans cette affaire, entraînant inévitablement des problèmes d’hygiène. De nombreux bâtiments sont également jugés trop vétustes par la CEDH.

L’Etat belge a été prié de verser 10.000€ à Marin Vasilescu, un ancien détenu maltraité. D’origine roumaine, l’homme de 44 ans avait passé une année dans l’une de nos prisons, de 2011 à 2012. Il s’est plaint de ne pas toujours avoir eu accès à l’eau et à des toilettes. Il a également dénoncé le fait d’avoir été forcé à dormir à même le sol sur un fin matelas pendant plusieurs semaines et d’avoir été confiné dans une cellule d’à peine 4 mètres carrés.

La CEDH a rappelé dans son arrêt que des situations similaires avaient déjà été dénoncées contre les prisons belges. Selon elle, les faits dénoncés par Marin Vasilescu violent l’article 3 de la Convention européenne des droits l’Homme qui interdit des »traitements inhumains ou dégradants » à l’encontre d’une personne.

S.T. (d’après Belga)

Beauraing : 82e anniversaire des apparitions de la Vierge

Bookmark and Share
Le 29 novembre 1932, pour la première fois, la Vierge apparaissait à des enfants de Beauraing. Depuis, Beauraing accueille un sanctuaire marial où des milliers de personnes viennent, chaque année, prier. Ce samedi 29 novembre, on y célébrera le 82ème anniversaire du début des apparitions.
La Vierge a choisi d’apparaître à cinq enfants de la localité. Des enfants qui étaient venus, chez les soeurs, rechercher une des leurs. Et c’est là, près du chemin de fer, à l’emplacement de l’aubépine que la  »Belle Dame » est apparue. La  »Belle Dame » c’est l’expression de Gilberte Degeimbre, la dernière voyante encore en vie aujourd’hui. Gilberte Degeimbre est très régulièrement présente sur le lieu des apparitions où elle vient prier. Elle se souvient encore de ces journées difficiles: les enfants ont été traités de menteurs, soumis à diverses expertises… L’émotion l’étreint lorsqu’elle raconte ces moments. Et il en va de même chaque fois qu’elle témoigne.
Le 82eme anniversaire de ces apparitions aura lieu le samedi 29 novembre: 11h, une messe solennelle internationale présidée par Mgr Hudsyn, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles pour le Brabant wallon; 14h30, chapelet médité; 15h30, comment construire l’unité par le Mouvement des Focolari; de 16h30 à 17h30, adoration du Saint-Sacrement; 18h, chemin des voyants: procession dans les rues de Beauraing; 18h30: chapelet quotidien; 19h: messe du doyenné de Beauraing.
Diocèse de Namur

A Strasbourg, le Pape François s’adresse à l’Europe

Bookmark and Share

FRANCE-EU-VATICAN-POPE-VISITLors d’une visite éclair de quatre heures au Parlement européen et au Conseil de l’Europe, ce mardi 25 novembre, le Pape François a prononcé successivement deux discours forts, interpellant le « Vieux continent » sur la question des droits de l’homme et des racines chrétiennes de l’Europe, en passant par celles du travail, de l’immigration et de l’écologie.

Un peu avant midi, le Pape François a interpellé longuement les députés européens, réunis en séance plénière, s’adressant ainsi à « plus de 500 millions de citoyens des 28 pays membres » de l’Union européenne. Le Pape a dressé un portrait critique de l’Europe d’aujourd’hui, appelée à s’adapter à un « monde plus complexe, en fort mouvement, toujours plus interconnecté et globalisé ». Dans ce nouveau contexte, le continent renvoie une image de « fatigue et de vieillissement », celle  »d’une Europe grand-mère et non plus féconde et vivante ».

15256374583_ff45d84fc2_nPlaçant l’être humain au centre de son discours, le Pape François a rappelé l’importance d’un engagement en faveur de sa dignité, et donc de ses droits inaliénables. A l’heure où « trop de situations subsistent encore dans lesquelles les êtres humains sont traités comme des objets dont on peut programmer la conception, la configuration et l’utilité, et qui ensuite peuvent être jetés quand ils ne servent plus, parce qu’ils deviennent faibles, malades ou vieux ». 

Pour le Souverain Pontife, les droits fondamentaux de la personne ne sauraient dépendre des intérêts économiques et de leur logique consumériste, qui débouchent sur une « culture du déchet »: « lorsque la vie n’est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme, elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître ».

Ce combat en faveur des droits de l’homme doit, selon le Pape, commencer par l’éducation. « A partir de la famille, cellule fondamentale et élément précieux de toute société« , puis par les institutions éducatives et, enfin, l’emploi, dont les politiques doivent être favorisées, car il est « nécessaire de lui redonner la dignité en garantissant d’adéquates conditions à sa réalisation ».

« Une histoire bimillénaire lie l’Europe et le christianisme »

Le Pape François s’est aussi adressé directement, et à plusieurs reprises, aux eurodéputés, qui l’ont maintes fois applaudi.

Il leur a rappelé les racines chrétiennes de leur continent: « une Europe qui n’a plus la capacité de s’ouvrir à la dimension transcendante de la vie est une Europe qui, lentement, risque de perdre son âme, ainsi que cet esprit humaniste qu’elle aime et défend ».

François « estime fondamental, non seulement le patrimoine que le christianisme a laissé dans le passé pour la formation socioculturelle du continent, mais surtout la contribution qu’il veut donner, aujourd’hui et dans l’avenir, à sa croissance ». Et au Pape de rassurer les quelques eurodéputés qui s’étaient opposés à la visite du Pape: « cette contribution n’est pas un danger pour la laïcité des Etats ni pour l’indépendance des institutions de l’Union, mais au contraire un enrichissement ».

« Une histoire bimillénaire lie l’Europe et le christianisme », a encore indiqué le pape François à ce propos.

Concluant son discours, le Saint-Père a voulu insuffler force et espoir dans ses paroles: « le moment est venu d’abandonner l’idée d’une Europe effrayée et repliée sur elle-même, pour susciter et promouvoir l’Europe protagoniste, porteuse de science, d’art, de musique, de valeurs humaines et aussi de foi ».

Moins incisif et plus institutionnel, le discours du pape François devant le Conseil de l’Europe a, quant à lui, dénoncé « le terrorisme religieux et international qui nourrit un profond mépris pour la vie humaine et fauche sans discernement des victimes innocentes ». Il y a également déploré, à nouveau, une Europe « fatiguée et pessimiste, qui se sent assiégée par les nouveautés provenant des autres continents ».

Christophe Herinckx (avec Radio Vatican et AFP)

Lire le discours du pape au Parlement européen

Lire le discours intégral du pape au Conseil de l’Europe

Quelques réactions à la visite du pape au Parlement européen

CardinalReinhartMarxPour le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et président de la commission des épiscopats de l’Union européenne (Comece), le discours du pape François devant les parlementaires européens est « une petite encyclique sociale pour l’Europe ». Le prélat ajoute: « Certes, il a critiqué l’Europe telle qu’elle est, mais il ne s’est pas arrêté à cette critique. Il a aussi encouragé l’Europe. L’Union européenne est un cadeau pour le monde, a-t-il souligné. Car l’Europe est sans alternative réelle. Nous n’avons pas d’autre choix que la construction européenne. C’est un chemin pour l’avenir. Clairement, il a dit que l’Europe était notre avenir, et que l’Eglise catholique voulait cheminer avec elle. Le pape François n’a pas seulement réveillé l’Europe. Il nous a appelés à ne pas oublier notre vocation européenne. Il a réveillé l’Eglise en rappelant qu’il était nécessaire d’encourager et de soutenir l’Europe. »

1e_lamberts-2Le député européen belge Philippe Lamberts, co-président du Groupe des Verts au parlement européen, a été ravi des propos tenus par François, notamment concernant la dignité humaine. Il craint néanmoins que ce discours ne soit pas entendu « par ceux qui dirigent l’Europe ». Philippe Lamberts a relevé aussi que le pape a dit aux députés, qu’être élu, « c’est être le garant des plus fragilisés ».

Ecoutez le député Ecolo:

 

Liège : Veillée de prière dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le sida

Bookmark and Share

sida noeud« Arriver au niveau zéro, en commençant par l’éducation ». C’est le thème de la Journée mondiale de lutte contre le sida qui a lieu le 1er décembre. A Liège, une veillée de prière sera organisée pour les malades, leurs familles, leurs proches et tous ceux et celles qui désirent leur témoigner leur solidarité!

La Journée mondiale de lutte contre le sida a été créée pour sensibiliser le public à la maladie, faire preuve de solidarité et réfléchir aux progrès accomplis en matière de réponse. Cette année, le thème de la Journée est: « Arriver au niveau zéro: zéro nouvelles infections par le VIH, zéro discriminations, et zéro décès liés au sida ».

Dans son Rapport mondial 2013, l’ONUSIDA met l’accent sur des progrès significatifs, tels que la réduction de la transmission sexuelle du VIH dans certains pays, mais l’heure n’est pas à l’autosatisfaction. Les progrès accomplis doivent être renforcés et il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l’objectif des Nations Unies convenu au plan international d’un niveau de sensibilisation de 95% des jeunes d’ici à 2015.

L’année dernière, le pape François a demandé l’accès aux soins pour « tous les malades, aucun exclu », exprimant sa « proximité » aux personnes touchées par cette maladie. « Aujourd’hui est célébrée la journée mondiale de lutte contre le sida. Nous exprimons notre proximité aux personnes qui en souffrent, plus spécialement aux enfants », a-t-il dit après la prière de l’Angélus devant la place Saint-Pierre au Vatican. « Nous prions pour tous, également pour les médecins et les chercheurs. Chaque malade, sans aucune exclusion, doit pouvoir accéder aux soins dont il a besoin », a conclu le pape.

Le diocèse de Liège organise donc une veillée de prière qui s’inscrit dans cette perspective de solidarité avec les malades et leurs familles. Elle a lieu le lundi 1er décembre à 18h en la Collégiale Saint-Jean l’Evangéliste (Place Xavier Neujean, 32 à Liège).

26 jours de retraite sur le Net

Bookmark and Share

 

Avent dans la Ville (2014)Les fêtes de fin d’année approchent et avec elles leur lot de cadeaux et autres scintillements de pacotille. Si vous souhaitez préparer votre cœur à la naissance divine et sortir des chemins convenus d’une société de consommation friande de nouveautés, rejoignez la retraite en ligne d’Avent dans la Ville.

Pour cette troisième édition, les dominicains de la province de France ont réussi à se renouveler, grâce notamment à une collaboration avec le groupe musical Dei Amoris Cantores, qui proposera, chaque semaine, un morceau différent de son répertoire. Et puis, partant du principe que Noël est la fête du partage par excellence, l’association des Apprentis d’Auteuil sera sous les feux des projecteurs durant la session. Enfin, dernière nouveauté avec les e-puzzle, pour jouer avec les santons de la crèche.

Donner du sens à sa vie

Un ancien des Apprentis d’Auteil évoque avec émotion le père Brottier, éducateur hors pair et figure tutélaire de l’association: « des hommes qu’il faut sur terre pour soulager la misère du cœur et de l’esprit. Je ne peux pas vous en dire mieux. » Cette fondation catholique reconnue d’utilité publique soutient pas moins de 27.000 jeunes et familles, car « rien n’est jamais perdu ». Le lien parental et filial est l’une de leurs priorités dans leurs démarches qui combinent formation et éducation. Présente dans 200 établissements en France et auprès de partenaires locaux dans plus de 50 pays, l’association est active depuis près de 150 ans.

La retraite virtuelle Avant dans la Ville débute le samedi 29 novembre. Pour s’inscrire, il suffit de cliquer ici.

A.T.

USA : La décision de Ferguson provoque la colère de milliers d’Américains

Bookmark and Share

fergusonLa décision, lundi 24 novembre dans la soirée, du grand jury de Ferguson (Etat du Missouri), aux Etats-Unis, de ne pas poursuivre le policier blanc qui avait tué un jeune Noir en août dernier a provoqué de nombreuses manifestations dans tous les Etats-Unis.

De Seattle à New York, en passant par Chicago et Los Angeles, des milliers d’Américains sont descendus dans les rues dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 novembre, après la décision de ne pas poursuivre un policier blanc qui avait tué un jeune Noir à Ferguson en août dernier.

Dès l’annonce de la décision du grand jury de Ferguson, quelques centaines de manifestants ont convergé vers Times Square à New York, avec des panneaux noirs affirmant « le racisme tue », « nous ne resterons pas silencieux » et dénonçant « le racisme de la police ». « Pas de justice pas de paix », scandaient des protestataires, dont le flot a grossi au fil des heures.

La police était omniprésente avec un hélicoptère qui survolait également la place. Un autre groupe de manifestants s’est rassemblé à Union Square, plus au sud de Manhattan, tandis qu’un troisième avait prévu de rejoindre Harlem à pied derrière une pancarte réclamant la « justice pour Michael Brown », le jeune de 18 ans tué par balles à Ferguson en août.

Barack Obama appelle au calme

A Washington, plusieurs centaines de protestataires se sont aussi réunis devant la Maison-Blanche, scandant « les mains en l’air ne tirez pas », le slogan est devenu un cri de ralliement des manifestants depuis le drame dans cette petite ville du Missouri.

Des manifestations ont également eu lieu à Boston, Philadelphie, Denver, Seattle, ou encore Chicago et Salt Lake City, pour la plupart sans heurts graves.

A Oakland (Californie, ouest des Etats-Unis) quelque 2.000 personnes selon la chaîne CBS ont bloqué une autoroute, ce qui s’est traduit par « de nombreuses » arrestations, d’après le quotidien San Francisco Chronicle.

Le président Barack Obama a lancé un appel au calme depuis la Maison-Blanche. « Nous sommes une nation fondée sur le respect de la loi », a-t-il rappelé, appelant tous ceux qui contestent la décision à le faire « de manière pacifique ». Il a souligné que la famille de Michael Brown avait elle-même appelé à éviter toute violence. « J’appelle également les forces de l’ordre (…) à faire preuve de retenue », a-t-il ajouté.

Plus largement, le président américain a mis en garde contre la tentation de « dissimuler les problèmes » liés au racisme aux Etats-Unis. « Nous devons reconnaître que la situation à Ferguson renvoie à des défis plus importants auxquels notre pays est toujours confronté », a-t-il souligné, ajoutant: « Dans trop de régions du pays, il existe une profonde défiance entre les forces de l’ordre et les communautés de couleur ». A ses yeux, « ce n’est pas seulement un problème pour Ferguson, c’est un problème pour l’Amérique ».

Avec la Croix et Afp

Le président égyptien a été reçu au Vatican

Bookmark and Share

Al-SissiLe Pape François a reçu dans l’après-midi de lundi au Vatican, le président égyptien, Abdel Fattah Al Sissi. Celui-ci s’est aussi entretenu avec le cardinal Secrétaire d’Etat Pietro Parolin.

Au cours des entretiens qualifiés de cordiaux, il a été souligné la proximité et la solidarité dont a fait preuve l’Eglise auprès du peuple égyptien durant la période politique transitoire qu’a connue le pays. Il a été également souhaité que la nouvelle Constitution, dans le cadre de la promotion des droits fondamentaux et de la liberté religieuse, puisse renforcer la coexistence pacifique entre toutes les composantes de la société civile et en vue de poursuivre sur le chemin du dialogue interreligieux.

Plusieurs thèmes d’intérêts communs ont été également passés en revue avec une attention particulière sur le rôle que l’Egypte est appelée à jouer dans la promotion et la recherche de la paix, ainsi que de la stabilité dans la partie du Proche-Orient et du Nord de l’Afrique. Les parties ont en outre rappelé que seule la voie du dialogue et de la négociation, est l’unique option pour mettre fin aux conflits et aux violences qui mettent en danger les populations civiles entraînant des pertes humaines.

Radio Vatican

Le roi Philippe et la reine Mathilde au Vatican

Bookmark and Share

king-queen--aLe roi Philippe et la reine Mathilde de Belgique seront reçus par le pape François le 12 décembre. Ce sera la première fois depuis leur intronisation.

Le  directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, a annoncé la rencontre des souverains et du pape François, qui fera suite à celle du président du Mozambique, Armando Guebuza, reçu en audience le 4 décembre, tandis que le président du Conseil italien, Matteo Renzi, sera reçu au Vatican le 13 décembre.

Le roi Albert II avait, pour sa part, rencontré Benoît XVI en octobre 2009.

 

Connexion | Conçu par InfoCatho.be | Conditions d'utilisation